WISSELL Rudolf

Par Jacques Droz

Né le 8 mars 1869 à Göttingen, mort en décembre 1962 à Berlin ; parlementaire et ministre social-démocrate.

Employé à la construction de machines et tourneur à Kiel, Rudolf Wissell était le fils d’un pilote qui était entré en 1888 dans le SPD. Il fit une carrière syndicale rapide dans la Confédération des métallurgistes (DMV), fut nommé de 1901 à 1908 secrétaire des syndicats de Lübeck et de 1908 à 1918, il assura à Berlin le secrétariat général (Zentralarbeitersekretariat) des syndicats libres. Persuadé de la nécessité pour la classe ouvrière de participer à une guerre victorieuse, il exposa au congrès du SPD à Wurzbourg (1917) les revendications des sociaux-démocrates majori­taires sur le plan social : journée de huit heures, amélioration des assurances-mala­die, aide financière aux chômeurs, création d’un ministère du Travail pour le Reich, organisation paritaire des Offices du travail. Élu au Reichstag en mai 1918 et ayant pris à la fin de la guerre la présidence de la Commission générale des syndicats al­lemands, il participa aux négociations du 15 novembre 1918 entre le patronat et les organisations ouvrières prévoyant la création d’une Communauté de travail (Arbeitsgemeinschaft), la réalisation de la liberté syndicale, la signature de conven­tions collectives, la mise en route de la journée de huit heures. Après le départ des membres de l’USPD du Conseil des commissaires du peuple, il y fut appelé comme spécialiste des questions économiques. Élu à l’Assemblée nationale et réélu au Rei­chstag en 1919, il fut de février à juillet ministre de l’Économie dans le cabinet Scheidemann et présenta un programme élaboré par le secrétaire d’État Richard von Mœllendorf, qui prévoyait la planification de l’économie et son contrôle par l’État, mais qui ne fut pas soutenu par ses collègues et abandonné par son succes­seur. Rappelé par l’ADGB, il fut désigné comme secrétaire de son Comité directeur et lors de son congrès de juin 1922, il intervint une nouvelle fois en faveur de l’Arbeitsgemeinschaft. Ayant en 1923 abandonné ses fonctions officielles au sein de l’ADGB, il se contenta pendant plusieurs années de jouer le rôle de conciliateur (Schlichter) dans les conflits sociaux de la région de Berlin. Mais en 1928, il fut rap­pelé par Hermann Müller comme ministre du Travail dans le cabinet d’Empire : quand par suite de l’aggravation de la crise, il fut question de diminuer les alloca­tions de chômage, il prit position en faveur des syndicats, considérant que toute concession aux exigences du patronat signifierait la destruction de l’organisation syndicale toute entière et la défaite irrémédiable du monde ouvrier. Disposant d’une grande autorité parmi ses collègues, il fut suivi par la majorité de la fraction social-démocrate au Reichstag (mars 1930). Sa position intransigeante fut donc la cause de la chute du cabinet de grande coalition, qui annonça le déclin de la République.
Wissell traversa presque sans encombre la période hitlérienne. Après la guerre, il reprit place dans les commissions économiques social-démocrates de Berlin-Ouest, sans pouvoir surmonter la méfiance que professait Schumacher à l’égard des responsables de la catastrophe de 1933.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217165, notice WISSELL Rudolf par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 15 juin 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Praktische Wirtschaftspolitik, 1919. — Kritik und Aufbau, 1921. — Des alten Handwerks Rechtund Gewohnheit, 2 vol., 1929. — Der soziale Gedanke im alten Handwerk, 1930. — Zur Gestaltung der Sozialversicherung, 1947. — Alus meinen Lebensjahren, éd, par E. Schraepler, 1983.

SOURCES : A. Duennebacke et alii., Rudolf Wissell. Ein Leben für soziale Gerechtigkeit, Ber­lin, 1959. — W. Conze, H. Raupach (éd.), Die Staats- und Wirtschaftskrise des deutschen Reiches 1929-1933, Stuttgart, 1967. — Lexikon, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément