GRAIN Jean

Par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 juin 1925 à Walincourt (Nord), exécuté sommairement le 15 août 1944 à Cahan (Orne) ; cheminot ; résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Jean Grain était mineur aide-ajusteur auxiliaire au Service du Matériel SNCF aux Ateliers du Matériel de Noisy-le-Sec (Seine-et-Oise). Il était domicilié avenue Joffre, à Gagny (Seine).
Il entra dans la Résistance en 1942 au groupe local en tant qu’agent de liaison. Le 5 août 1944 Jean Grain qui menacé d’arrestation partit se réfugier chez sa grand-mère au village de l’Osier, à Ménil-Hubert-sur-Orne (Orne). Poursuivant son activité, il sera fusillé par les SS au Château de Cahan alors qu’il tentait de gagner les lignes alliées en Normandie.
Son corps fut retrouvé au petit matin dans le jardin du maire de Cahan, Monsieur de Saint-Pol.
Son nom figure sur les monuments aux morts de Ménil-Hubert-sur-Orne (Orne) et sur les trois plaques commémoratives de la SNCF, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217228, notice GRAIN Jean par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 18 juin 2019, dernière modification le 15 février 2021.

Par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES  : DAVCC AC 21 P 196494 (nc).— Boudin Gérard et Garnier Bernard, Les victimes civiles de l’Orne dans la bataille de Normandie, 1er avril- 30 septembre 1944 : Récit des évènements et liste mémoriale, CRHQ, 1994.— Stéphane Robine dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945 sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017 page 702/703.— Genweb (Consulté le 18-06-2019)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément