YORCK Theodor

Par Jacques Droz

Né le 13 mai 1830 à Breslau, mort le 1er janvier 1875 à Hambourg ; syndicaliste de formation lassallienne.

Paralysé à cause d’un accident au cours de son apprentissage, Theodor Yorck qui avait été très jeune initié par Audorf aux idées weitlingiennes, s’établit comme menuisier à Harburg sur l’Elbe et participa à la formation des Associations cultu­relles ouvrières. Elles lui permirent d’assister aux expositions universelles de Lon­dres et de participer à la création à Leipzig de l’Allgemeiner deutscher Arbeiterverein (ADAV) dont il attendait l’émancipation du mouvement ouvrier à l’égard de la bourgeoisie. Son esprit d’indépendance se manifesta toutefois à l’occasion de l’é­lection de Lassalle à la présidence de l’ADAV : lorsque Bernhard Becker déclara que le suffrage secret était inutile puisque seul Lassalle devait être élu, il déposa un bulletin blanc. Il éprouvait d’autre part des réserves à l’égard du suffrage universel préconisé par Lassalle, qui pouvait selon lui être utilisé contre la liberté. Après la mort de Lassalle, il se prononça pour l’indépendance du parti à l’égard de la comtesse Hatzfeld et s’insurgea avec Bracke et Bonhorst contre la dictature de Schweitzer et sa politique sectaire. Aussi soutint-il Liebknecht lors de la fonda­tion du parti d’Eisenach dont il devint secrétaire en 1871. A cette date, il fut empri­sonné à Lotzen pour avoir donné son appui au manifeste du comité de Brunswick contre l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine. Après sa libération, il accomplit une œuvre considérable sur le plan syndical, notamment pour les travailleurs du bois pour lesquels il fonda le premier journal professionnel ; il estimait que les syndicats ne devaient pas être à la traîne du parti, mais jouir d’une véritable indépendance. Bien que, pour des raisons de santé, il laissât à Auer le secrétariat du parti, il se pro­nonça pour une réconciliation des lassalliens et des eisenachiens. Son enterrement à Harburg, peu de temps avant le congrès de Gotha, donna lieu à une puissante ma­nifestation populaire et fut un encouragement pour ceux qui souhaitaient la fusion des deux partis socialistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217229, notice YORCK Theodor par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 16 juin 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : H. Hümmler, Opposition gegen Lassalle. Die revolutionäre proletarische Opposi­tion im Allgemeinen deutschen Arbeiterverband, Berlin-Est, 1963. — Lexikon, op. cit. — Osterroth, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément