LE GUILLOU Émile

Par François Lonchampt

Né le 8 février 1903 à Plounevez-Moedec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; responsable militaire FTP de l’atelier RATP Championnet (Paris)  ; déporté ; maire adjoint de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).

Militant communiste, Émile Le Guillou entra dans les premiers groupes de l’OS (« Organisation spéciale ») dès l’automne 1940. En 1942, il fut nommé responsable militaire FTP de l’atelier RATP Championnet. Arrêté dans son dépôt d’armes par la police française, il fut emprisonné à la prison de la Santé puis au fort de Romainville en tant qu’otage.
Il fut déporté par un transport parti le 25 mars 1943 de Paris (gare de l’Est) et arrivé le 27 mars 1943 au KL Mauthausen : matricule 25631. Il fut libéré le 5 mai 1945.
À son retour, il fut conseiller municipal, puis maire adjoint de Bonneuil-sur-Marne.
Homologué sergent FFI, il a reçu la médaille de la Résistance, la médaille militaire, la croix de Guerre avec palmes, et la Croix de volontaire de la résistance.
En 1972, Émile Le Guillou a été fait chevalier de la Légion d’honneur et reçut la médaille de la Ville

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217304, notice LE GUILLOU Émile par François Lonchampt, version mise en ligne le 19 juin 2019, dernière modification le 19 juin 2019.

Par François Lonchampt

SOURCES : Arch.Com. Alfortville, Le Réveil du Val-de-Marne, n° 265, 4 mai 1972 . — Fondation pour la Mémoire de la Déportation Partie I liste 189.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément