SERVANT Georges, Gustave [pseudonyme Georget]

Par Michel Thébault

Né le 4 novembre 1903 à Montluçon (Allier), fusillé sommairement en représailles le 14 août 1944 à la carrière des Grises, commune de Prémilhat (Allier) ; ajusteur à la SNCF ; résistant isolé (RIF).

Georges Gustave était le fils de Maurice, Gilbert Servant, âgé de 24 ans, patron limonadier et de Mélanie, Gabrielle Thevenin âgée de 21 ans, domiciliés rue du Diénat à Montluçon. En 1944, marié sans enfant, il résidait 23, impasse Barathon à Montluçon. Il exerçait la profession d’ajusteur au dépôt SNCF de Montluçon. Il s’engagea dans la Résistance. Le site Mémoire des hommes le présente comme résistant isolé membre de la Résistance intérieure (RIF). Il fut arrêté à une date et dans des circonstances à préciser. Incarcéré à la caserne Richemont à Montluçon (Allier), Georges Servant en fut extrait le 14 août 1944, vers 5 heures du matin, avec 41 autres civils également détenus au même lieu. Ils furent conduits en camion sur la route de Quinssaines jusqu’au lieu-dit Les Grises, sur la commune de Prémilhat (Allier). Ils furent fusillés, vraisemblablement en représailles aux multiples attentats et actes de sabotages accomplis dans le secteur de Montluçon dans les premiers jours d’août 1944. Les corps furent jetés dans des fosses creusées à l’avance et couverts de chaux vive.
Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué déporté et interné de la résistance (DIR), FFI, et Résistance intérieure française (RIF).
Son nom figure sur la plaque commémorative SNCF dans le hall de la gare de Montluçon avec trois autres cheminots de Montluçon fusillés le même jour Auguste Château, René Damour et Auguste Saviot. Son nom figure aussi sur la stèle commémorative de Prémilhat (Allier).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217688, notice SERVANT Georges, Gustave [pseudonyme Georget] par Michel Thébault, version mise en ligne le 1er juillet 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 546361 (à consulter) — Archives départementales du Puy-de-Dôme dossier des crimes de guerre, cote 908 W 79. — André Touret « Montluçon 1940-1944 : la mémoire retrouvée » 2001 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément