GUILLOT André

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 25 novembre 1898 à Paris, massacré le 25 avril 1944 à Saint-Didier (Jura) ; cultivateur ; victime civile.

André Guillot était le fils de Jean Marie Ernest et de Marie Mathilde Thiécourt. Il était domicilié à Saint-Didier et exerçait le métier de cultivateur.
Depuis la fin de 1942, le village de Saint-Didier accueillait et hébergeait les Alsaciens Lorrains fuyant l’armée allemande et les jeunes réfractaires au STO. Le village devint un fief de la Résistance qu’il aidait avec des dépôts d’armes et des caches de véhicules.
Le 20 avril 1944, des maquisards conduits par Jean-Paul Guyot alias Guérin, chef de la Résistance locale aperçurent deux hommes de la Gestapo qu’ils attaquèrent et tuèrent. Jean-Paul Guyot fut grièvement blessé et sera assassiné quelques jours après. La réaction allemande sera très dure et le 25 avril le village fut encerclé. Huit hommes furent fusillés et onze maisons incendiées.
André Guillot parlait allemand et essayant de défendre son voisin André Bugnet qui était torturé, il fut abattu également.
Son nom figure sur le mémorial des victimes du 25 avril 1944, à Saint-Didier (Jura)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217759, notice GUILLOT André par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 4 juillet 2019, dernière modification le 4 juillet 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal "La Voix du Jura" du 7 mai 2003, Saint-Didier : Les souvenirs d’André Bezin.— Journal "Le Progrès" du 26 avril 2016, Le 25 avril 1944, la répression allemande frappe le village et Le massacre du 25 avril 1944 dans les mémoires.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément