BINDEFELD Frédéric

Par Jean-Louis Ponnavoy, Jean-Luc Marquer

Né le 19 décembre 1919 à Berlin (Allemagne), mort en action le 29 janvier 1944 à Malleval (aujourd’hui Malleval-en-Vercors) ; officier de réserve ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Tombe 28, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Tombe 28, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Photo : Thierry Pinel, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Frédéric Bindefeld était le fils de Chaïm, représentant de commerce, et de Rose Kalter, son épouse, juifs d’origine polonaise.
La famille obtint la nationalité française par un décret du 6 avril 1938 (JO du 17 avril 1938). Elle habitait alors à Paris (Seine).
En 1943 sa famille était domiciliée à Tence (Haute-Loire). Il était alors étudiant à l’Institut National Polytechnique de Grenoble (Isère).
Aspirant de réserve, il entra dans la Résistance avec le pseudonyme "Frédéric" et gagna le maquis sur le plateau de Sornin au dessus d’Engins (Isère), dans le secteur 8 de l’AS-Isère en décembre 1943. Il était l’un des officiers du camp de Malleval lorsque les Allemands et la Milice attaquèrent.
Le 29 janvier 1944 au matin, les soldats du 157e régiment de montagne de la Wehrmacht probablement renseignés attaquèrent le maquis de Malleval avec l’aide de la Milice. Le village fut cerné de tous les côtés à partir des falaises et des pas surplombant le cirque. Le piège se referma sur les maquisards qui furent pris sous les feux croisés des mitrailleuses allemandes. 22 maquisards furent tués et 8 civils déportés dont 5 ne reviendront pas des camps. Le village fut incendié et détruit au trois quarts.
Il fut tué à l’ennemi le 29 janvier 1944, à Malleval
L’acte de décès fut transcrit à Malleval le 27 octobre 1944.
Il est inhumé dans la tombe individuelle 28, à la nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère). Sur la tombe est inscrite la mention FFI Vercors. Les corps non repris par les familles ont été exhumés de Malleval le 7 juin 1947.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade d’aspirant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la plaque commémorative de l’Institut national polytechnique, à Grenoble et sur le monument aux morts 1939-1945, à Malleval-en-Vercors (Isère).
le Mémorial de Yad Vashem le recense parmi les victimes de la Shoah.
Sa sœur Ruth, décoratrice, fut arrêtée alors qu’elle résidait à l’Hôtel Monnet à Uriage (Isère). Elle arriva au camp de Drancy le 8 février 1944 et fut déportée à Auschwitz par le convoi n°69 qui partit le 7 mars 1944. Elle figure parmi les survivants.


Voir : Malleval
Voir : Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217923, notice BINDEFELD Frédéric par Jean-Louis Ponnavoy, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 12 juillet 2019, dernière modification le 4 août 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy, Jean-Luc Marquer

Tombe 28, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Tombe 28, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Photo : Thierry Pinel, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : SHD Vincennes GR 19 P 38/16 ; GR 16 P 60714 (à consulter) — AVCC Caen, AC 21 P 23525 (à consulter) — Traces d’Histoire Contemporaine, Paul Brulet, Le maquis de Malleval (Isère).— Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 L’anéantissement des camps du maquis de Malleval, 29 janvier 1944.— Nombreux sites internet.— Mémorial Genweb. — Yad Vashem (Israël) — Mémorial de la Shoah (Paris)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément