GARDET Henri, Émile, Frédéric

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 11 avril 1902 à Meylan (Isère), exécuté sommairement le 29 janvier 1944 à Malleval (aujourd’hui Malleval-en-Vercors) ; boucher puis fermier ; résistant des Francs-tireurs et partisans (FTP) et de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Henri, Émile, Frédéric Gardet était le fils de Louis Frédéric et de Joséphine, Marguerite Drogat.
Classé service auxiliaire, il effectua son service militaire au 12e Régiment d’Artillerie de Campagne du 5 décembre 1922 au 7 mai 1924.
Divorcé de Renée Élise Marie Bellin, épousée le 21 février 1925 à Fontaine (Isère), il se remaria le 29 octobre 1938 à Grenoble (Isère) avec Marie, Louise Maitret.
Alors qu’il exerçait jusque là la profession de boucher, il devint fermier au hameau de Pic Aigü à Malleval (Isère) à partir de juin 1943.
Il entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF), puis rejoignit le maquis du Vercors, relevant du secteur 8 de l’AS-Isère, au camp de Malleval (Isère) en décembre 1943.
Le 29 janvier 1944 au matin, les soldats du 157e régiment de montagne de la Wehrmacht probablement renseignés attaquèrent le maquis de Malleval avec l’aide de la Milice. Le village fut cerné de tous les côtés à partir des falaises et des pas surplombant le cirque. Le piège se referma sur les maquisards qui furent pris sous les feux croisés des mitrailleuses allemandes. 22 maquisards furent tués et 8 civils déportés dont 5 ne reviendront pas des camps. Le village fut incendié et détruit au trois quarts. Émile Gardet fut arrêté dans sa ferme et les soldats allemands l’obligèrent ainsi que sa femme Marie-Louise et sa petite-fille Arlette à se rendre à pied, dans la neige, jusqu’au village où il fut exécuté devant elles. Son frère Fernand prit possession du corps le lendemain et le transporta dans sa ville natale, à Meylan.
Il est inhumé dans le caveau familial du cimetière communal Saint-Victor, à Meylan (Isère).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts 1939-1945, à Malleval-en-Vercors et sur le monument aux morts, à Meylan (Isère).


Voir : Malleval

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217998, notice GARDET Henri, Émile, Frédéric par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 juillet 2019, dernière modification le 8 février 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 243157 (nc) ; GR 19 P 38/16. — AVCC Caen, AC 21 P 190903 (nc). — Arch. Dép. Isère, RMM, 1R1652, fiche 846. — Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 L’anéantissement des camps du maquis de Malleval, 29 janvier 1944.— Sites internet divers. — Mémorial Genweb. — Geneanet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément