BON Josette [BON Claudine, Josephte, dite Josette, ép. DE MORI]. Pseudonyme : Perrin

Par Marie-Cécile Bouju

Née le 17 Juillet 1921 à Meyzieu (Isère), morte le 10 avril 2001 à Brassy (Nièvre) ; employée de commerce et de bureau, ouvrière, résistante.

Fille de Victor Bon, lapidaire, et de Marie Benoite Bouchet, ménagère, Josette Bon est née Meyzieu dans l’Isère. La famille Bon semble avoir quitté cette ville au milieu des années 1920.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Josette Bon vivait à Bourg-en-Bresse, puis à Lyon. Elle travaillait depuis l’adolescence comme employée de commerce.

Josette Bon était employée à l’enregistrement à Lyon au début de la guerre. En janvier ou septembre 1943, recrutée par une résistante surnommée Geneviève et par Vic Dupont, elle entra dans réseau Turma Vengeance à Lyon. Elle fut chargée des faux papiers. Recrutée ensuite par Bollier comme agent de liaison et courrier, elle participa au réseau d’imprimeries de Combat.

Josette Bon fut arrêtée le 25 mars 1943 alors qu’elle fabriquait des faux papiers rue des Charmettes à Lyon. Jouant les naïves, elle réussit à faire gagner du temps à ses camarades résistants. Elle fut incarcérée à la prison Saint-Joseph à Lyon. Elle fut transférée sur ordre des Allemands à Châlons-sur-Marne puis Romainville. Elle fut déportée le 18 mai 1944 à Ravensbrück, Swodau (Flossenbürg) et Graslitz. Avec ses camarades, elle subit une marche de la mort, dont elle réussit à s’échapper avec deux autres femmes. Sauvées et cachées dans une ferme par deux prisonniers français, elles furent finalement récupérées par l’armée américaine le 18 avril 1945. Josette fut rapatriée le 19 mai 1945 en France. « Nous sommes rentrées en France en wagons à bestiaux comme à l’aller mais ceux-là étaient ouverts », écrit-elle dans un témoignage.

La libération fut une période difficile. Avec une santé chancelante, elle dut subvenir à ses besoins et ceux de son fils né en 1947, en occupant successivement un emploi à l’Enregistrement à Lyon (1946), aux usines Lumières, puis Visseaux jusqu’à la fin 1948. Puis elle rencontra Antoine De Mori, chef monteur électricien, qu’elle épousa le 29 septembre 1950 à Issoudun (Indre). Le couple eut six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218082, notice BON Josette [BON Claudine, Josephte, dite Josette, ép. DE MORI]. Pseudonyme : Perrin par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 20 juillet 2019, dernière modification le 4 janvier 2022.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCE : SHD GR 16 P 69417 et GR 28 P 418568. - Régis Le Mer. Imprimeurs clandestins à Lyon et aux alentours (1940-1944). Le Coteau : Mémoire active, 2014, p. 80. - Josette Bon De Mori. Pour que demain soit liberté. Autun : Impr. Pelux, 1992, 164 p. — Arch. Mun. Meyzieu acte de naiss. et renseignements. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément