COUTY Robert

Par Michel Thébault

Né le 16 avril 1922 à Saint-Amand-Jartoudeix (Creuse), mort en action le 22 août 1944 à Bosmoreau-les-Mines (Creuse) ; cultivateur ; résistant AS.

Robert Couty était le fils de Léonard Couty (né le 8 juin 1889 à Saint-Martin-Sainte-Catherine, Creuse) scieur de long et de Marie, Madeleine Pelaudeix (née le 7 avril 1889 à Saint-Amand-Jartoudeix). Son père mobilisé le 1er août 1914 fit toute la première guerre mondiale dans l’infanterie, démobilisé le 5 août 1919 après cinq ans d’absence. Il vint s’installer en mai 1920 au Nouhaud, commune de Saint-Amand-Jartoudeix à la limite de la Creuse et de la Haute-Vienne, sans doute lors de son mariage avec Marie Pelaudeix originaire de ce lieu. Au recensement de 1936, le couple et leurs trois enfants, Robert né en 1922, Lucie en 1924 et Suzanne en 1925, résidaient toujours au Nouhaud.
Célibataire, jeune cultivateur domicilié en 1944 chez ses parents au lieu-dit Le Nouhaud, commune de Saint-Amand-Jartoudeix, à la limite de la Creuse et de la Haute-Vienne, Robert Couty s’engagea dans la Résistance rejoignant les maquis du sud de la Creuse, dans le secteur de Bourganeuf. Il intégra la compagnie Chaumeil de l’Armée Secrète. Cette compagnie était organisée par Maurice Chaumeil, instituteur à Montboucher, combattant de 1940 et capitaine de réserve. Elle participa le 7 juin 1944 à la première libération de Guéret à laquelle Robert Couty participa vraisemblablement. Repliée sur ses bases du secteur de Bourganeuf, elle se reforma après le passage le 9 juin de la division Das Reich, au lieu-dit La Faye du Haut sur la commune de Saint-Amand-Jartoudeix. A la fin du mois d’août 1944, et surtout après la reddition de Limoges le 20 août 1944, les forces allemandes et les miliciens qui les accompagnaient refluèrent pour rejoindre l’est de la France. L’un des principaux convois allemands à traverser la Creuse appartenait au 19ème SS Polizei qui avait refusé la reddition à Limoges. Il était suivi en Creuse par un important convoi de miliciens (près de 600 personnes, hommes, femmes et enfants avec tous leurs bagages) parti de Limoges dès le 15 août. Leur principal axe de repli suivait l’itinéraire Bourganeuf – Guéret – Montluçon, pour continuer ensuite en direction de Moulins (Allier). Ces convois furent harcelés sans cesse sur leur itinéraire par les forces de la Résistance. Le 22 août 1944 ils quittèrent Bourganeuf où ils étaient arrivés le 21. Un groupe de maquisards de la compagnie AS Chaumeil auquel appartenait Robert Couty, en embuscade sur la départementale joignant Bourganeuf à Saint-Dizier-Leyrenne, dans le secteur du lieu-dit Le Montarichard, près de la commune de Bosmoreau-les-Mines, après avoir laissé passer le convoi allemand considéré comme trop puissant s’attaqua au convoi des miliciens. Robert Couty fut tué au combat dans l’affrontement, son corps emmené par ses camarades lors du repli.

Il obtint la mention Mort pour la France. Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Amand-Jartoudeix et sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218097, notice COUTY Robert par Michel Thébault, version mise en ligne le 22 juillet 2019, dernière modification le 19 mai 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Creuse (état civil, registre matricule, recensements) — SHD Caen dossier AVCC Cote AC 21 P 110043 (à consulter) — Marc Parrotin Le temps du maquis éditions Verso 1981 et Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Mémoire des hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément