SÉNIGOUT Marguerite [épouse ROBERT]

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Née le 9 mars 1878 à Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; sans profession ; victime civile.

Marguerite Sénigout était la fille de Gauthier (né le 23 septembre 1890, à Solignac), cultivateur, et de son épouse Anne née Auvert (née le 8 février 1848, à Janailhac). Ses parents s’étaient mariés le 8 décembre 1865 à Janailhac.
Le 23 décembre 1899 à Isle, elle épousa Pierre Robert (né le 11 juillet 1874, à Isle), journalier.
Elle était domiciliée à La Malaise, commune de Saint-Victurnien, elle était de passage à Oradour-sur-Glane.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Marguerite Sénigout obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218137, notice SÉNIGOUT Marguerite [épouse ROBERT] par Dominique Tantin, Isabel Val Viga, version mise en ligne le 26 juillet 2019, dernière modification le 1er janvier 2020.

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément