DEGUINGAND Georges, Henri

Par Claude Pennetier

Né le 22 juillet 1898 à Paris (XXe arr.), mort le 2 décembre 1981 à Courbevoie (Hauts-de-Seine) ; comptable puis agent technique ; élu communiste de Bagnolet (1928-1935) ; conseiller départemental nommé par Vichy.

Georges Deguignand était fils de journaliers. Son acte de mariage présente cependant son père Georges, Eugène Deguingand comme « directeur de fabrique décédé à Saint-Maur ». Ancien combattant de la Première Guerre mondiale titulaire de la Croix de guerre, invalide (jambe de bois), comptable, il fut élu conseiller municipal communiste de Bagnolet (Seine) en juillet 1928 (17e sur 17). L’assemblée le désigna comme troisième adjoint. Réélu aux élections générales de mai 1929 (26e sur 27), il garda sa fonction de troisième adjoint.

Georges Deguingand rompit avec le Parti communiste au second semestre 1929 et ne fit plus partie de la municipalité communiste Paul Coudert* élue en mai 1935. Selon le journal communiste La Voix de l’Est du 13 avril 1935, Deguingand aurait brigué le poste de maire (Alphonse Delavois*, « Lettre ouverte à un ex-révolutionnaire »). Un document conservé dans les archives du Komintern précise : « Exclu du parti 15 jours après sa nomination d’adjoint. Il voulait être maire. Est complètement disparu de la circulation. N’a aucune activité apparente. » Après sa rupture, il signa des articles contre la municipalité. En 1939, il était secrétaire du syndicat CGT des techniciens de la région parisienne. La préfecture de la Seine le désigna comme conseiller général de Pantin en 1941 et conseiller municipal le 20 février 1942. Il conserva ces fonctions jusqu’à l’été 1944.

Marié à Dieuze (Moselle) le 22 juin 1922 avec une journalière, il se remaria à Courbevoie (Seine) le 20 août 1963.

Il passa devant un jury d’honneur après la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21842, notice DEGUINGAND Georges, Henri par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 31 octobre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, Moscou, 517 1 1663, « situation du conseil municipal de Bagnolet ». — Arch. Dép. Seine, DM3 et Versement 10451/76/1, 10441/64/2 n° 37. — Arch. Com. Bagnolet. — La Voix de l’Est, 13 avril 1935. — Conseillers municipaux et généraux, 1871-1956, Hôtel de Ville de Paris, 1957. — État civil de Paris (XXe arr.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément