ANGLARD Jean François

Par Jean Belin

Né le 21 juillet 1907 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 15 avril 1945 en déportation en Allemagne ; ouvrier métallurgiste à Dijon ; syndicaliste CGT et militant communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) .

Fils de Georges Anglard, cordonnier, et d’Augustine Bourotte, sans profession, Jean François Anglard, fut ouvrier en chaussures avant son service militaire en 1927. À son retour, il devint ouvrier serrurier chez Terrot à Dijon et fut élu délégué dans la section montage. Il fut membre du bureau de la section syndicale CGT de l’usine et secrétaire de la cellule du Parti communiste de 1937 à 1939. Après la dissolution du syndicat des métaux de Dijon sur ordre du préfet de la Côte-d’Or et l’interdiction du PC, il subit une perquisition à son domicile au 3 place Émile Zola à Dijon le 29 décembre 1939 avec Gabriel Lejard, secrétaire du syndicat des métaux, mais la police ne trouva pas de tracts et de matériel communiste.
Mobilisé du 15 janvier 1940 au 23 août 1940, à son retour sur Dijon, il investit le mouvement de Résistance FTPF. En 1941, il fut arrêté par la police française pour fait de Résistance, distribution de tracts communistes, et fut livré aux autorités allemandes le 4 janvier 1942. Interné à la prison de Dijon et torturé par la Gestapo, le 5 novembre 1942, il fut dirigé sur Clairvaux, puis Fresnes, pour être déporté vers le camp de concentration de Hinzert, près de Trèves en Allemagne, et transféré au camp de Flossenbürg en Bavière, dont il ne revint pas. Il se maria le 27 août 1938 à Dijon avec Geneviève, Berthe Pacaut, employée de commerce.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218525, notice ANGLARD Jean François par Jean Belin, version mise en ligne le 27 août 2019, dernière modification le 27 août 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép. de la Côte-d’Or, carton sur les menées communistes, côte 1072 W1. — Etat civil, fiche de recrutement militaire AD21. — Livre Mémorial des Déportés de France, tome 1 p. 541.— Arch. Dép. 21, Le Métallo dijonnais, organe du syndicat des métaux CGT de Dijon, édition 1937-1939.— Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or , édition de 1996.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément