DEMERGER Raymond

Par Jean Belin

Né le 16 mars 1923 à Pouilly-en-Auxois (Côte-d’Or), mort le 2 décembre 2007 à Chenôve (Côte-d’Or) ; ouvrier métallurgiste puis cheminot ; syndicaliste CGT et communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), déporté en Allemagne ; trésorier de la FNDIRP de Côte-d’Or

Fils d’André Henri Demerger, ouvrier charcutier et de Justine Quignard, domestique, ouvrier métallurgiste à Dijon avant la guerre, Raymond Demerger participa à la reconstruction du mouvement de la Jeunesse communiste en octobre 1940 en Côte-d’Or. Engagé au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), il fut domicilié chemin des Pétignys à Chenôve, chez ses parents lors de son arrestation le 25 octobre 1941 avec Roger Bougeot pour distribution de tracts par le commissaire Marsac, de la police française, puis livré à la gestapo. Interné à la prison de Dijon et torturé, il fut envoyé ensuite au camp de Rouillé dans la Vienne, puis à Compiègne, et déporté le 23 janvier 1943 à Sachsenhausen en Allemagne pour être libéré le 22 avril 1945.
Après la guerre, il fut embauché à la SNCF aux ateliers de Perrigny-les-Dijon. Il fut militant de la CGT et trésorier de la FNDIRP section de Côte-d’Or. Domicilié rue des Pétignys à Chenôve lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218703, notice DEMERGER Raymond par Jean Belin, version mise en ligne le 24 août 2019, dernière modification le 24 août 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Résistance en Côte-d’Or, Gilles Hennequin, édition de 1987. — Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or, édition de 1996. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil. — Arch. IHS CGT 21.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément