GUÉRILLON Jean, Marie, Julien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 4 septembre 1925 à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine), mort en action le 6 août 1944 à Sainte-Anne (aujourd’hui Sainte-Anne-sur-Vilaine, Ille-et-Vilaine) ; secrétaire de mairie ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Ses parents était domiciliés à La-Lande-aux-Planches, à Janzé (Ille-et-Vilaine). Il était secrétaire de mairie et domicilié à La Hamonais à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine).
Il entra dans la Résistance le 1er août 1943 avec le pseudonyme Jean.. Grade : Sous-lieutenant en date du 16 juillet 1944.
Il prit contact avec René Brejon qui portait le pseudonyme de Charles. Il organisa un groupe du Front national à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) et participa à la distribution de tracts antiallemands, fit de la propagande contre le S.T.O. et établit de fausses cartes d’identité ce qui lui était facilité par son poste de secrétaire de mairie.
Il participa également à la récupération de titres d’alimentation pour les réfractaires et maquisards, et leur délivrait des cartes d’alimentation à cet effet.
En février et mars 1944, il participa avec le groupe F.T.P. à de nombreux déraillements endommageant du matériel ferroviaire à Pléchâtel, Saint-Senoux, Guichen (Ille-et-Vilaine) et Langon (Gironde) et interrompant le trafic pendant plusieurs heures ainsi qu’à la destruction de pylônes à Goven, Guipry, Chavagne (Ille-et-Vilaine) et Avessac (loire-Atlantique).
Il prit part également à l’attaque à la bombe du R.N.P. de Saint-Malo causant de nombreux dégâts à cet immeuble occupé par les Allemands.
Il fut arrêté avec Jean Marguerite le 1er avril 1944 par les gendarmes de la brigade de Dinan en possession de deux revolvers et d’un pistolet 6/35 et incarcéré à la prison de Dinan, d’où il fut libéré le 11 avril par les groupes FTP de Dinan-Dinard.
À peine libéré, il participa à l’attaque de la distillerie Bosuer à Saint-Malo, qui fabriquait de l’alcool pour l’occupant. 20.000 litres d’alcool furent détruits et l’usine fut rendue inutilisable.
En juillet 1944 il participa à l’attaque de plusieurs convois ennemis du côté de Rennes puis au déboulonnage de la voie ferrée Rennes-Redon au pont Droullin et Beslé provoquant le déraillement d’une locomotive qui resta sur la voie bloquant la ligne pendant.
Il participa au nettoyage et à la Libération du secteur du d’Ille-et-Vilaine. Il fut nommé au grade de sous-lieutenant le 16 juillet 1944 mais fut capturé par l’ennemi et fusillé en compagnie de Louis Bréhault et Claude Rozet, près du village de la Guérinais, à Saint-Anne (Ille-et-Vilaine).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218756, notice GUÉRILLON Jean, Marie, Julien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 29 août 2019, dernière modification le 29 août 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Site internet, Tués au combat ou exécutés en Ille-et-Vilaine.— Mémorial Genweb.

Version imprimable Signaler un complément