LISAMBARD Robert

Par Benoit Willot

Né le 6 septembre 1902 à Soisy-sous-Étiolles (Seine-et-Oise, Essonne) et mort le 26 juillet 1978 à Créteil (Seine, Val-de-Marne)  ; charpentier fer puis plombier  ; militant communiste à Joinville-le-Pont.

Robert Lisambard était le fils d’Anne Marguerite Loctor et de son mari, Emmanuel Lisambard, carrier.
Installé à Joinville-le-Pont (Seine, Val-de-Marne), il exerça le métier de charpentier fer et vécut avec Hélène Marie Germaine Aubignat, de laquelle il eut un premier enfant en juillet 1921, avant leur mariage dans la même ville en novembre de cette année-là.
Lors des élections municipales de mai 1929, Lisambard était candidat sur la liste du Bloc ouvrier-paysan, conduite par le communiste Roger Bénenson. La liste recueillit 18,4% des suffrages exprimés au premier tour, arrivant derrière les conservateurs sortants de Stephen Durande (38,8%) et la concentration des gauches (radical-socialiste, socialiste Sfio et socialiste indépendant, 42,8 %). Lisambard était crédité de 336 voix sur 1 715 votants pour 2 969 inscrits.
Au second tour, la liste communiste se maintint et recueillit 12,5 % des votes, derrière les conservateurs (41,6 %, 5 élus) et la gauche modérée (45,9 %, 22 élus). Georges Briolay (radical) devint maire.
S’il n’était pas présent lors du scrutin partiel de 1934, Lisambard fut à nouveau candidat lors des élections municipales de mai 1935, au côté de six anciens de ses colistiers. Il exerçait alors le métier de plombier.
La liste communiste du premier tour était conduite par Robert Deloche, ouvrier fourreur (maire de la ville après-guerre). Lisambard y figure en huitième position. Les républicains de Léon Lesestre (droite) arrivèrent en tête (32,6 %) devant les radicaux et socialistes indépendants du Groupement des gauches républicaines du maire sortant, Briolay (26,8 %). Les communistes sont à la troisième place (23,5 %), devançant les socialistes SFIO qui n’ont présenté qu’une liste incomplète (12,3 %).
Au second tour, une liste d’union PCF-SFIO était constituée, conduite par un indépendant, le professeur André Blocher. Elle talonna avec 39% et deux sièges la liste conservatrice, qui remporta 41 % des votes exprimés et 25 élus, tandis que les sortants se contentèrent de 20%. Lisambard eut 1108 voix sur 2 899 exprimées pour 3 433 inscrits.
Robert Lisambard, vivait toujours à Joinville dans un foyer de personnes âgées à son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218812, notice LISAMBARD Robert par Benoit Willot, version mise en ligne le 1er septembre 2019, dernière modification le 1er septembre 2019.

Par Benoit Willot

SOURCES : Arch. dép. Essonne (état-civil). — Arch. dép. Val-de-Marne (état-civil, élections, listes électorales). — Voix des communes, hebdomadaire, 1935. — Gazette de l’Est, hebdomadaire, 12 mai 1935.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément