FÉRET Armand

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 20 février 1922 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), mort en action le 8 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; mineur ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Armand Féret était le fils de Lucien et de Claudine Dubois, sans profession. Il était célibataire et domicilié à Montceau-les-Mines (Saône-et Loire). Il exerçait le métier de mineur.
Il entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) du régiment Valmy. Le régiment Valmy prit part aux combats de la libération d’Autun.
Le vendredi 8 au matin, sans attendre les armées régulières qui approchaient, 4 bataillons du régiment se lancèrent sous la pluie à l’assaut de la ville d’Autun. L’attaque échoua et les allemands se vengèrent sur les résistants prisonniers qu’ils fusillèrent. Vingt-sept hommes du bataillon Pietro dont Armand Féret furent massacrés dans les jardins de l’institution Saint-Lazare.
Le 10 septembre Autun était libérée par l’action conjuguée des FTP du régiment Valmy, des FFI du sud-ouest (colonne Schneider, Corps-franc Pommiès) et des maquis de Saône-et-Loire (Serge, Maurice, Socrate) renforcé par le 2e dragons du lieutenant-colonel Demetz, avant-garde de l’armée B du général de Lattre.
L’acte de décès fut dressé le 20 septembre 1944 sur la déclaration de Laurent Lassalle, économe des hospices d’Autun.
Armand Féret obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès le 20 août 1945.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR), [SHD Vincennes GR 16 P 220716].
Son nom figure sur la plaque commémorative aux FFI, apposée sur le mur du cimetière derrière le carré militaire, à Autun et sur le monument aux morts, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218834, notice FÉRET Armand par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 3 septembre 2019, dernière modification le 2 septembre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal de Saône-et-Loire du 11 septembre 2001 Trois jours de combats pour libérer la ville et Traces de mémoire, supplément au journal de Saône-et-Loire du 31 août 2004.— Bataille d’Autun sur Internet.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément