QUÉNEHEN Germaine (née FÉVRIER)

Par Benoit Willot

Née le 1er mai 1903 à Paris (XIVe arr.), morte le 25 mars 1945 à Paris  ; bijoutière, militante communiste à Joinville-le-Pont.

Germaine Julie Angèle Février était la fille d’Élise Munzinger, femme de ménage, et de Louis Février, monteur en bronze.
La famille s’installa à Joinville-le-Pont (Seine, Val-de-Marne), quai de la Marne, où le père devint militant du Parti socialiste SFIO en 1913.
Germaine Février rejoignit les Jeunesses communistes de Joinville, où elle était active en 1921-1922 ; elle était ainsi une des toutes premières femmes à prendre, dans la commune, des positions publiques en faveur d’une organisation politique.
Elle résidait en 1922 dans la commune voisine de Saint-Maurice. Exerçant le métier de bijoutière, Germaine Février se maria en juin 1923 à Saint-Maurice avec Félix Quénehen, comptable et lui aussi militant communiste puis socialiste. Ils eurent un fils et résidèrent à Saint-Maurice.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218838, notice QUÉNEHEN Germaine (née FÉVRIER) par Benoit Willot, version mise en ligne le 3 septembre 2019, dernière modification le 3 septembre 2019.

Par Benoit Willot

SOURCES : Arch. dép. Paris (état-civil). — Arch. dép. Val-de-Marne (état-civil, recensements). — L’Humanité, quotidien, 1921-1922. — La Petite Banlieue, hebdomadaire, 23 juin 1923.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément