CHICK Reginald

Par Christian Richard, Dominique Tantin

Né le 7 juin 1921 à Tredegar (Pays-de-Galles, Royaume-Uni), exécuté sommairement le 7 juillet 1944 à Rom (Deux-Sèvres) ; caporal du Special Air Service (SAS).

Reginald Chick fut l’un des trente SAS britanniques faits prisonniers à Verrières (Vienne) avec un pilote américain. Les 31 captifs furent exécutés par les Allemands dans le bois de Guron, en forêt de Saint-Sauvant sur le territoire de la commune de Rom (Deux-Sèvres).
Reginald Chick était le fils de Ernest et de Evelyn née Tomkins. En mai 1939, alors qu’il exerçait la profession de cordonnier, il s’engagea dans le 2e Nordhampton Shire Yeomany, dans le corps royal des blindés. Envoyé en Égypte en 1942, il se porta volontaire pour les SAS et participa aux opérations jusqu’en Tunisie puis en Italie.
De retour en Angleterre en janvier 1944, il effectua un stage de parachutisme puis, désigné pour Bulbasket, il fut parachuté dans la nuit du 7 au 8 juin avec Stephens, et servit auprès de Tonkin.
Fait prisonnier le 3 juillet 1944 à Verrières, il fut exécuté le 7 juillet en forêt de Saint-Sauvant, sur la commune de Rom (Deux-Sèvres) où il est inhumé avec ses camarades. Sur sa tombe est gravée l’inscription suivante : He gave his life that we may life in peace for evermore. (Il a donné sa vie pour que nous vivions en paix pour toujours).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218875, notice CHICK Reginald par Christian Richard, Dominique Tantin, version mise en ligne le 4 septembre 2019, dernière modification le 4 septembre 2019.

Par Christian Richard, Dominique Tantin

SOURCES : Christian Richard, 1944, Le Special Air Service en Poitou, Opérations Bulbasket et Moses, La Crèche, La Geste, 2018, p. 394-395. — Paul McCue, SAS Opération BulBasket, London, Pen & Sword Paperback, Leo Cooper, 2009, 2e éd.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément