FOULON Eugène

Par Jean Belin

Né le 7 novembre 1874 à Nouzon (Ardennes), mort le 5 juin 1941 à Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier mouleur, puis inspecteur du travail ; syndicaliste CGT de Paris et de la Côte-d’Or

Fils d’Eugène Foulon, ouvrier ferronnier, et de Delphine Jacquemart, Eugène Foulon fut ouvrier mouleur à Mézières dans les Ardennes après sa scolarité. Il s’engagea pour trois ans comme volontaire dans l’armée le 1er avril 1895. Libéré le 1er avril 1898, il vint s’installer et travailler à Paris jusqu’en 1908, ensuite à Franconville, en banlieue parisienne pour un an. Puis, ce fut Chaumont (Haute-Marne) et Troyes (Aube) en mars 1911 qu’il poursuit sa route comme inspecteur du travail. Mobilisé à nouveau le 3 août 1914, il fut fait prisonnier le 1er septembre de la même année. Libéré en 1918, il fut démobilisé le 15 février 1919. Ce fut la même année, qu’il vint s’installer en octobre au 4 rue Théodore de Bèze à Dijon.
Engagé à la CGT, Eugène Foulon présida la Fédération nationale des ouvriers mouleurs lors de son séjour parisien. Il passa le concours d’inspecteur départemental du travail et fonda le syndicat des inspecteurs du travail de Côte-d’Or au début des années 1920. Il joua un rôle actif dans la gestion des conflits du travail au cours des grèves du printemps 1936 en Côte-d’Or. Il fut chargé par le préfet de présider la commission départementale de conciliation composée de représentants des syndicats patronaux et des syndicats ouvriers. De part ses relations avec les employeurs dijonnais, il favorisa l’embauche de militants CGT licenciés à la suite des grèves de juin juillet 1936 et de novembre 1938. Domicilié au 16 rue Mathurin Moreau à Dijon avant et après la guerre. Il reçu la médaille d’honneur des Assurances Sociales en 1923 et fut fait chevalier de la Légion d’Honneur en août 1936. Il se maria le 6 février 1909 à Franconville (Seine-et-Oise). Il eut quatre enfants, dont Maurice, qui fut militant de la CGT à Dijon après la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218884, notice FOULON Eugène par Jean Belin, version mise en ligne le 5 septembre 2019, dernière modification le 2 avril 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép.de la Côte-d’Or, série 10M 80 à 90, les grèves de 1936 en Côte-d’Or. — Arch. Dép. de la Côte-d’Or et des Ardennes, état civil, recensement de la population et fiche de recrutement militaire. — état civil, mairie de Dijon. — Arch. IHS CGT 21, témoignages de Gabriel Lejard et d’Eugène Belli.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément