JORANT René, Jean

Par Jean Belin

Né le 2 mars 1923 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 22 avril 2000 à Fontaine-lès-Dijon (Côte-d’Or) ; agent EDF ; syndicaliste CGT et communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) ; déporté en Allemagne.

Fils d’Albert Jorant, ouvrier métallurgiste chez l’Huillier à Dijon, militant CGT, et de Claudine Cadoux, Résistante pendant la deuxième guerre mondiale et militante du PCF, René Jorant fut membre du groupement clandestin des Jeunesses communistes et arrêté à l’âge de 17 ans avec 13 autres JC en octobre 1940 par la police française. Ils furent accusés de distribution de tracts et d’inscription de mots d’ordre communistes dans la ville de Dijon. Jugé le 14 février 1941, René Jorant fut condamné à 8 mois de prison et 100 F d’amende. Etroitement surveillé, la direction du PC décida de l’éloigner du département. Envoyé dans l’Aube où il investit le Front national (FN), la branche armée des Francs-tireurs et partisans (FTP), il fut arrêté à nouveau à Sainte Savine (Aube), sur dénonciation le 5 mars 1942. Il fut emprisonné à Fresnes, puis déporté en novembre 1942 à Karlsruhe, Rheinbach, puis à Siegburg en Allemagne où il sera libéré le 10 avril 1945. A son retour sur Dijon, il devint employé de la compagnie d’électricité dijonnaise, puis agent de l’EDF lors de la nationalisation des entreprises du secteur du gaz et de l’électricité. Membre du bureau du syndicat CGT EDF-GDF de Dijon, il fut élu membre de la commission administrative de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or du congrès d’octobre 1952 au congrès d’octobre 1960. Il se maria avec Raymonde Renée Suzanne Corneux le 24 décembre 1945 à Boulogne Billancourt (Seine-et-Oise), résistante et déportée. Domicilié au 138 rue d’Auxonne à Dijon en 1958.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218887, notice JORANT René, Jean par Jean Belin, version mise en ligne le 6 septembre 2019, dernière modification le 6 septembre 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. IHS CGT 21, fonds du syndicat EDF-GDF. — Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or, édition de 1996. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil. — Résistance en Côte-d’Or, Gilles Hennequin, tomes IV et V, éditions de 1997 et 2001. — Le Progrès de la Côte-d’Or, édition du 3 octobre 1940. — état civil, mairie de Dijon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément