BÉNARD Germain, Amand, Emile

Par Michel Thébault

Né le 1eroctobre 1899 à Crouay (Calvados), massacré le 28 août 1944 à Saint-Gaudent (Vienne) ; blanchisseur ; victime civile.

Germain Bénard était le fils d’Émile, René, Marcellin Bénard âgé de 25 ans à sa naissance, cantonnier et de Marie Victorine Germain âgée de 21 ans, couturière. Agé de 17 ans, il s’engagea volontairement dans la Marine le 18 juillet 1917 à la mairie de Caen. Il participa comme matelot à la première guerre mondiale et fut nommé quartier-maître le 1er octobre 1920. Démobilisé le 18 juillet 1922 après cinq ans de service, il vint s’installer à Caen. Marié avec Marie, Albertine, Julienne, Andrée Bénard, il exerçait à la fin des années 30 la profession de blanchisseur, demeurant 6, rue de la Porte du Berger. Il fut évacué de Caen le 6 juin 1944 lors du bombardement de la ville consécutif au débarquement allié en Normandie. Il vint se réfugier à Saint-Gaudent dans la Vienne, au sud de Civray, hébergé dans un logement propriété de M. Pierre Gibier, cultivateur au Grand-Breuil, commune de Saint-Pierre-d’Exideuil, également limitrophe de Civray. A la fin du mois d’août 1944, les unités allemandes de la colonne Elster parties du sud-ouest firent retraite à travers le seuil du Poitou. Les 26 et 28 août 1944, les maquis tentèrent d’intercepter les unités allemandes dont les trains avaient été bloqués en gare de Saint-Saviol (Vienne) suite au sabotage de la ligne de chemin de fer et qui tentaient de remonter par la route vers Poitiers. Le 28 août 1944, un convoi allemand de plus de 600 hommes en provenance de Ruffec se dirigea vers Civray et fut attaqué par plusieurs maquis locaux, en particulier par les maquis D2-Bayard et Jalladeau au carrefour de Comboseize sur la commune de Saint-Pierre-d’Exideuil (Vienne). Débordés par la puissance de feu allemande, les maquisards durent se replier. La colonne allemande perpétra des exactions contre les civils dans Civray et dans les communes voisines. Germain Bénard fut abattu par des soldats allemands à Saint-Gaudent le 28 août vers 12 heures 15.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Gaudent (orthographié Bernard Germain) et sur la stèle commémorative des morts du 28 août 1944 de Civray.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218916, notice BÉNARD Germain, Amand, Emile par Michel Thébault, version mise en ligne le 7 septembre 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Calvados (état civil, registre matricule) — Notes Loïc Richard VRID — Site internet VRID (Vienne, Résistance, Internement, Déportation), articles de Jacques Rigaud et Christian Richard — Brochure ONAC Les chemins de la Liberté autour de Civray 2012 — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément