CORTINOVIS André, Charles

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 26 septembre 1918 à Oyonnax (Ain), exécuté sommairement le 12 juillet 1944 à Montréal-la-Cluse (Ain) ; cafetier ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

André Cortinovis était le fils de François Joseph dit Pierre, originaire d’Italie, âgé de 45 ans et de Marie Bauer, originaire du Bas-Rhin, âgée de 34 ans. Il était cafetier à Martignat et était marié avec ? Vitos.
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) de l’Ain.
Le 11 juillet l’ennemi déclencha l’opération Treffenfeld contre les maquis de l’Ain. Le 12 juillet les soldats allemands arrivèrent à Montréal-la-Cluse par la route de Pont-d’Ain.
Selon le mémorial genweb André Cortinovis fut tué à l’ennemi le 12 juillet 1944 à Brion (Ain). Selon le site du Musée de la Résistance, il fut torturé puis exécuté le 12 juillet 1944 à Montréal-La-Cluse.
Aucun acte de décès n’a été trouvé à Brion et Montréal-la-Cluse. Les informations complémentaires seraient donc les bienvenues.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l‘intérieur (FFI).
Son nom figure sur les monuments aux morts, à Martignat et Oyonnax (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218931, notice CORTINOVIS André, Charles par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 septembre 2019, dernière modification le 25 juin 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Musée de la Résistance 1939-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément