HUGUET André, Etienne

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

Né le 12 août 1895 à Naintré (Vienne), pendu le 24 juillet 1944 à Montauban (Tarn-et-Garonne) ; conducteur d’engin ; résistant FFI.

Fils de Victor Huguet, meunier et de Marie-Philomène Gauthier, marié à Mlle Lapellegerie, il était père de deux enfants âgés de 29 et 25 ans au moment du drame.
André Huguet travaillait comme conducteur de cylindres à Montricoux (Tarn-et-Garonne).
Il fut un des quatre pendus par les Allemands sur la Place du Maréchal Pétain (Henry Jouany, André Castel, Michel Mélamed), entre le café de l’Europe et la Préfecture. La police allemande et la Feldgendarmerie avaient amenés 6 hommes mais deux réussirent à prendre la fuite. Un fut grièvement blessé dans un jardin de la rue des Doreurs Hugues Lespinet et fut conduit à l’hôpital où il mourut, un deuxième ne fut pas retrouvé.
La police française découvrit les pendus le lendemain matin. Les autorités allemandes exigèrent que les corps pendus restent accrochés aux arbres jusqu’au lendemain. Les cadavres furent ensuite transportés à la morgue, identifiés puis enterrés le 26 juillet au cimetière de Montauban. Une cérémonie se déroula en leur honneur le 5 octobre 1944 à la cathédrale de Montauban.

Reconnu Mort pour la France, André Huguet a été homologué résistant FFI.

La place du drame prit le nom de Place des Martyrs du 24 juillet 1944, la stèle placée entre les deux arbres qui ont servi à pendre les otages porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218937, notice HUGUET André, Etienne par Annie Pennetier, Claude Pennetier, version mise en ligne le 9 septembre 2019, dernière modification le 3 janvier 2021.

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Tarn-et-Garonne. — SHD Vincennes GR 16 P 298688 et GR 28 P 444312 (nc) . — État civil de Montauban.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément