MONNERET Georges

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né en 1920 à Lyon, massacré le 12 avril 1944 à Coyrières (Jura) ; domestique agricole ; victime civile.

Georges Monneret était le fils de Angèle Monneret. Il était célibataire et employé comme domestique de culture (cultivateur sur l’acte de décès) chez Léopold Vincent à Coyrière, dont il était le neveu.
Le 7 avril 1944 l’ennemi lança l’opération "Früling" ou "Printemps" contre les maquis du Haut-Jura. Le 12 avril, les Allemands arrivaient à Coyrière et Georges Monneret s’accusa d’avoir aidé des maquisards, afin d’éviter des représailles sur son village. Il fut abattu sauvagement de 80 coups de feu à neuf heures du matin. On retrouvera quelques jours plus tard aux Fournets, commune des Moussières, six corps calcinés dont celui de Georges Monneret et du maire de Coyrière, Osias Clément.
L’acte de décès fut dressé par la Commission de reconstitution des actes de l’état civil détruits par faits de guerre dans sa séance du 14 août 1948. Il donne peu d’informations.
Il est inhumé dans une tombe collective au cimetière communal, aux Moussières (Jura), portant l’épitaphe suivante : « Aux Martyrs des Fournets 1944 - Ici reposent les 6 Victimes Tuées aux Fournets le 12 avril 1944 par les barbares allemands et miliciens - Français Souvenez-vous ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218969, notice MONNERET Georges par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 10 septembre 2019, dernière modification le 10 septembre 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : François Marcot, La Résistance dans le Jura, éditions Cêtre, Besançon, 1985.— Les Amis du Musée de la Résistance Nantua Contre la population ’’Frühling’’ Jura.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément