BELORY Henri

Par Gilbert Beaubatie

Né le 15 avril 1921 à Paris (Ve) ; mort à Brignac-la-plaine (Corrèze) où il a été inhumé le 7 février 2009 ; prisonnier évadé ; membre de l’Armée Secrète ; Garde national de la Chasse et de la Faune sauvage.

Il s’est engagé comme volontaire dans les corps francs. Fait prisonnier, il s’est évadé à deux reprises. De nouveau arrêté, il a été envoyé dans un camp disciplinaire, où il a subi « de mauvais traitements ». Il est revenu en France, en 1942, « dans un triste état et très amaigri ». Ce qui ne l’a pas empêché de continuer la lutte contre l’occupant nazi, en particulier dans le maquis du bataillon de l’AS de Tréfle. Du 12 au 15 août 1944, il a participé aux opérations qui ont permis de libérer la ville de Brive.
Le 4 novembre 1948, il a obtenu la Médaille des Evadés. Le 14 mai 1986, le Comité d’Honneur des Anciens de l’AS de Basse et Moyenne Corrèze, réuni à Brive, lui a décerné un témoignage d’honneur et de reconnaissance pour avoir « au mépris du danger, apporté courageusement son aide à la Résistance ».
Après être entré au service de la Fédération départementale des Chasseurs de la Seine-et-Oise le 1er avril 1965, il a été affecté dans la Fédération départementale des Chasseurs de la Corrèze en 1967. Sa carrière a pris fin le 15 avril 1986 en tant que Garde-chef principal, responsable de la Garderie départementale, après avoir réussi le concours de Garde-chef en 1973.
« D’une disponibilité et d’un dévouement sans limites, il a assuré avec une conscience professionnelle parfaite et digne d’éloges un service parfois délicat où il a excellé en raison de ses qualités morales et intellectuelles […]. Par son calme, son sang-froid et sa notion de service, [il a] réussi parfaitement ses diverses et nombreuses missions ».
Le 17 octobre 1986, il s’est vu conférer l’honorariat de son dernier grade en récompense des services rendus à la chasse et à la faune sauvage.
Le 10 février 1986, il a été fait chevalier de l’Ordre du Mérite agricole. Dans une note manuscrite, il a eu la délicatesse de signaler que bien que n’étant pas agriculteur, on lui a accordé ce Mérite, « car dans toutes les régions où [il a] été en fonction, [il a] travaillé à créer des Réserves Refuges où les animaux pouvaient être protégés des chasseurs ».
Henri Belory a présidé la section Armée Secrète de Larche, et pendant 25 ans, il a été porte-drapeau de l’Amicale des Anciens de l’AS de Basse et Moyenne Corrèze.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article218972, notice BELORY Henri par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 10 septembre 2019, dernière modification le 18 novembre 2020.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCES : Témoignages de Claude Simon, président la Fédération des Chasseurs de la Corrèze ; Lucien Nouet lors de ses obsèques ; Françoise Germane (Centre Edmond Michelet, Brive).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément