ALLOIS Attilio

Par Antonio Bechelloni

Né le 5 mars 1906 à Saint-Michel-de-Maurienne (Savoie), mort en action à La Chapelle-en-Vercors (Drôme) le 24 juillet 1944 ; de nationalité italienne ; ouvrier émailleur ; résistant F.F.I. (A.S.).

Attilio Allois était le fils de Louis Jean Baptiste et de Marie Joséphine Cassarie. Ouvrier émailleur de son état, marié à Olga, Yvonne Usseglio, avec deux enfants, il était domicilié à Pont-en-Royans (Isère). En septembre 1939, Attilio Allois s’était engagé volontairement pour la durée de la guerre. Membre F.F.I. (Secteur 8 de l’Armée Secrète du Vercors) depuis le 9 juin 1944, il tomba le 24 juillet 1944 dans un combat contre les Allemands dans la commune de Chapelle en Vercors. A bicyclette, il roulait en éclaireur d’une colonne de la compagnie de Cathala qui venait de faire sauter le tunnel du col de Rousset et se dirigeait vers le Royans. À la sortie de La Chapelle, il fut fauché par un tir d’arme automatique.

Son corps fut retrouvé début août 1944 et, suite à une décision du Tribunal civil de Die (Drôme), transcrite dans les registres de l’état civil à la fois de la Chapelle en Vercors et de Saint-Michel-de-Maurienne en 1949, sa mort fut estimée avoir eu lieu entre le 24 et le 26 juillet 1944. Attilio Allois fut cité, à titre posthume, à l’ordre de la division avec la motivation suivante : « Cavalier courageux, mort héroïquement pour la France, les armes à la main, au combat du hameau du Canard (Vercors) le 24.7.1944. La présente citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec Étoile d’Argent ».
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Pont-en-Royans, son domicile (prénommé Adrien).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219030, notice ALLOIS Attilio par Antonio Bechelloni, version mise en ligne le 16 septembre 2019, dernière modification le 21 février 2021.

Par Antonio Bechelloni

SOURCES : Pia Carena Leonetti, Les Italiens du maquis (qui situe, à tort, le lieu de son décès dans la commune de son domicile), Paris, Les Éditions mondiales, 1968 — SHD GR P 16 414694 — Mémorial GenWeb (site visité le 23.08.2019). — Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — . Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 270. Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 290. — notes Robert Serre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément