BOCCHIO Hugo, Albert [Pseudonyme : La chose]

Par Antonio Bechelloni

Né le 27 avril 1917 à Scionzier (Haute Savoie), mort en action le 16 août 1944 à Valleiry (Haute Savoie) ; mécanicien décolleteur ; résistant F.F.I. (A.S., puis F.T.P.F. enfin Brigade rouge internationale),

Hugo Bocchio était le fils d’Albert, Hugo Bocchio et d’Anne Alexandrine Clerc-Renaud. De nationalité française, il fit son service militaire dans l’armée régulière en 1937. Célibataire, mécanicien décolleteur de son état, il fut mobilisé en septembre 1939, comme caporal-chef. Il passa en Suisse après la débâcle de juin 1940 et il y resta 8 mois, en tant qu’interné au titre de la Convention de la Haye de 1907. Il fut démobilisé en février 1941. Il s’engagea dans la Résistance et fut après-guerre reconnu combattant F.F.I. du 1er avril 1943 au 23 mars 1944 au titre de l’A.S. secteur de Thônes (Haute Savoie) et des forces du plateau de Glières (Haute Savoie). Il passa ensuite aux F.T.P.F. et rejoignit en mai 1944 le camp Savoie de Mont-Saxonnex (Haute Savoie) où il occupait le poste de chef de groupe avec le grade de sergent-chef à la tête de 12 (ou 18 selon une autre source) hommes. Suite à la fusion de trois camps F.T.P.F. de Savoie, Liberté chérie et du Môle il se trouva dans la Brigade Rouge Internationale (qui n’avait rien à voir avec les Brigades internationales de la Guerre d’Espagne) sous les ordres du capitaine Amiot (alias Léopold Martin). Lors des combats pour la libération de la région, quand l’A.S. fut empêchée de venir relever la B.R.I. engagée dans un combat inégal avec un détachement allemand, Hugo Bocchio fut frappé d’une balle en plein front alors qu’il menait une attaque contre les Allemands retranchés dans la résidence Chautemps à Valleiry.
La mention « Mort pour la France » figure dans un extrait de l’acte de décès de la commune de Valleiry. Son nom figure sur le monument aux Morts de la commune de Scionzier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219104, notice BOCCHIO Hugo, Albert [Pseudonyme : La chose] par Antonio Bechelloni, version mise en ligne le 22 septembre 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Antonio Bechelloni

SOURCES : Pia Carena Leonetti, Les Italiens du maquis, Paris, Les Éditions mondiales, 1968[qui évoque la B.R.I. mais qui fait naître, à tort, Bocchio en Italie] — SHD Vincennes GR 16 P 578247 et SHD AVCC Caen Cote AC 21 P 185670 (à consulter) — Robert Amoudruz, La B.R.I. de Savoie, 1944, Lyon, Bellier 2007 — Mémorial GenWeb (site consulté le 29.08.2019) — État civil de Valleiry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément