BALSOLLIER Gabriel

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 9 avril 1896 à Lyon (2e arr., Rhône), suicidé le 11 juin 1944 à Bourg, aujourd’hui Bourg-en-Bresse (Ain) ; garagiste ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Gabriel Balsollier était le fils de Marie François et de Marie Philomène Barral. Il était marié avec Julie Élisa Bassieux et domicilié à Champagne-en-Valromey (Ain). Il exerçait le métier de garagiste.
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) de Champagne-en-Valromey où il devint chef de groupe dans les maquis de l’Ain.
Il fut arrêté, emprisonné et torturé par la Milice en juin 1944. Il se défenestra et fut retrouvé mort au pied du 3e étage de l’Hôtel de France, l’infirmerie de la Milice, à Bourg (Ain) le 11 juin 1944.
L’acte de décès fut dressé le 12 juin sur la déclaration de François Mignot, 66 ans, vaguemestre des hospices, domicilié à Bourg.
Il obtint la mention « Mort pour la France » (note du Secrétariat général des Anciens combattants à Paris en date du 30 août 1945).
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR), [SHD Vincennes dossier GR 16 P 29851].
Son nom figure sur le monument aux morts, à Champagne-en-Valromey et sur le monument commémoratif de la Résistance de Belmont, à Belmont-Luthézieu (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219171, notice BALSOLLIER Gabriel par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 septembre 2019, dernière modification le 26 février 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Musée de la Résistance 1940-1944 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément