VINCENT Jean, Marius

Par Patrick Bec

Né le 12 avril 1925 à Laveissière (Cantal), mortellement blessé le 26 juillet 1944 à Laveissière ; vacher ; victime civile.

Plaque funéraire de Jean Vincent

Jean Vincent était le fils de Louis, Pierre Vincent, cultivateur à Chambeuil, né dans ce village le 18 décembre 1900 et marié à Laveissière le 18 juin 1924 avec Marguerite, Jeanne Andrieu, née à Estrumeyre, commune du Vaulmier (Cantal) le 11 juillet 1900. Il avait un frère, Albert, Georges, né le 26 juin 1926 à Chambeuil. En 1944, Jean Vincent était vacher dans l’exploitation familiale de Chambeuil.
« Par sa situation sur la route nationale, Laveissière connut de nombreux passages de troupes et eut chaque fois à en souffrir. Le 15 mai 1944, une jeune fille du Meynial fut blessée par une balle perdue ; on dut l’amputer d’un pied. Le 8 juillet, les Allemands cernèrent Laveissière et Fraisse-Haut et perquisitionnèrent dans toutes les maisons. Le 26 juillet, une colonne passant sur la route, tire dans la direction de Chambeuil : un vacher, occupé à traire, est blessé mortellement ; la rafale atteint aussi deux jeunes qui fuyaient : ils sont faits prisonniers et emmenés à Aurillac ; une maison du village est incendiée. » relate Jules Frédéric de Laveissière de Lavergne, directeur de "La Semaine Catholique de Saint-Flour" de 1942 à 1950. Selon des sources orales, ce jeune travaillait dans sa ferme lorsqu’il entendit des véhicules passer sur la RN122 en face de Chambeuil. Il s’approcha de la fenêtre par curiosité et les Allemands tirèrent en pensant qu’il s’agissait d’un maquisard.
Jean Vincent a été blessé mortellement à Chambeuil le 26 juillet et est décédé le 31 juillet à l’hôpital d’Aurillac (Cantal). Il avait 19 ans.

La mention Mort pour la France est apposée sur l’acte de décès et son nom est gravé sur le monument aux Morts de la commune ainsi que sur celui de Les Hautes-Rivières.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219283, notice VINCENT Jean, Marius par Patrick Bec, version mise en ligne le 5 octobre 2019, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Patrick Bec

Plaque funéraire de Jean Vincent

SOURCES : Mgr de La Vaissière, Les journées tragiques dans le diocèse de Saint-Flour, Imprimerie Clavel, Saint-Flour 1944 .— Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945. Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993 .— Jean Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir, Albédia, Aurillac 2007. — Mail d’Alexandre Albisson, le 27 avril 2021. — État civil (AD 15) .— MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément