JACQUESON Jules, Alfred, Marie, Eugène [Robert dans la Résistance]

Par Jean Belin

Né le 5 avril 1915 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 2 octobre 2002 à Talant (Côte-d’Or) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT et militant communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) ; président de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC) de Côte-d’Or

Fils de Jules Alfred Jacqueson, père tué en août 1914 sur le front, et de Victorine Pétaul, sans profession, Jules Jacqueson, déclaré pupille de la nation en mars 1919, militant de la CGT avant la guerre, il adhéra à la Jeunesse communiste le 20 juin 1940. Il participa à la récupération d’armes, de munitions, et à la distribution de tracts. Arrêté et emprisonné par la police française le 1er octobre 1940 à Dijon pour distribution de tracts communistes, il fut condamné à 5 mois de prison, libéré le 1er mars 1941, il trouva du travail comme tôlier automobile à l’arsenal de Dijon. En juin 1941, la gestapo l’arrêta dans son atelier pour l’emmener à son domicile afin de subir une perquisition. Les allemands qui ne réussirent pas à trouver les tracts et le matériel bien cachés, le libérèrent. Par précaution, Jacqueson, alias Robert dans la Résistance, quitta Dijon pour une longue clandestinité, qui le conduisit à Paris, puis à Laon (Aisne) où il retrouva, Alexandre Truchot, Marcel Caignol, des camarades dijonnais, ensuite à Bordeaux et participa aux sabotages des équipements tenus par les allemands. De retour sur Dijon en juin 1943, il s’engagea dans les rangs des Francs-tireurs et partisans français (F.T.P.F.) dans le groupe Lucien Dupont, puis fut nommé chef de groupe à la compagnie Pierre Semard. Il remplaça également le régional Jean Nicolas devenu interrégional. Il récupéra, armes, munitions, et procéda avec ses compagnons à des sabotages dans la région dijonnaise. Il fut envoyé vers le 13 août dans la Marne où il effectua des transports de charges d’explosifs pour les différents groupes FTPF du département, puis il quitta Reims pour Troyes (Aube) afin de commander les FTPF de ce département. Arrêté le 27 février 1944 à Saint-Denis en Région parisienne par la police française, il fut interné le 12 mars 1944 à la prison de la Santé. Libéré le 17 août 1944, il participa à la Libération de Paris, travaillant avec « Fabien » et Ouzoulias. Après la Libération, il devint président de l’Association républicaine des anciens combattants (A.R.A.C.) de Côte-d’Or.
Il fut membre du Comité de la Fédération du PCF de 1964 à 1967. Il se maria en février 1940 avec Jeanne Poulet, dont il divorça en 1946, se remaria à Dijon le 6 avril 1951 avec Ginette Jeannine Rouseau. Domicilié au 23D rue Sambin à Dijon) à la retraite et lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219301, notice JACQUESON Jules, Alfred, Marie, Eugène [Robert dans la Résistance] par Jean Belin, version mise en ligne le 5 octobre 2019, dernière modification le 5 octobre 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or, édition de 1996. — Résistance en Côte-d’Or, Gilles Hennequin, édition de 1881. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil. — AD 21, comités fédéraux du PCF 21. — Etat civil, mairie de Dijon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément