PORTE Antoine, Désiré, Marius

Par Patrick Bec

Né le 22 novembre 1919 à Saint-Étienne-de-Chomeil (Cantal), mort en action le 17 août 1944 à Murat (Cantal) ; ouvrier agricole ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Antoine Porte était le fils de Pierre Porte né le 15 octobre 1880 à Saint-Angeau, commune de Riom-ès-Montagnes (Cantal), marié à Chalvignac (Cantal) le 7 novembre 1908 avec Catherine, Clotilde Ribeyrotte née le 11 mai 1883, fille d’un forgeron de cette commune. Ses parents étaient fermiers à Chavaillac. Il avait au moins deux sœurs Antoinette, Yvonne née en 1909 et mariée en 1930, et Jeanne.

En 1944, célibataire, il était ouvrier agricole à Riom-ès-Montagnes et s’était engagé dans la Résistance FFI.
Eugène Martres détaille les événements survenus à Murat le 12 juin 1944. « Un détachement de la police allemande (une compagnie du 2e bon de gendarmes, le SD) et des miliciens, commandés par Geissler quittèrent Saint-Flour pour gagner Murat. La colonne emmenait 4 résistants arrêtés les jours précédents (Brioude et Courtiol ; Zay et Lehmann). Geissler les fit exécuter dans un bois de pins en vue de Murat. En pénétrant dans Murat le convoi arrêta deux hommes qu’on emmena dans la ville, deux fuyard furent abattus (Antoine Bergaud, Fernand Miclon), un 3e blessé. »
Geissler s’installa à la mairie, fit venir le maire (Hector Peschaud) et le secrétaire de mairie soupçonnés de sympathie avec la Résistance, et étala devant eux une pile de fiches vertes. Allemands et miliciens mirent la main sur 13 ou 14 habitants rassemblés à la mairie. Ici encore, les Allemands, particulièrement bien renseignés, n’avaient pas frappé au hasard. Dans l’après-midi de ce lundi 12 juin, les arrestations étant terminées, Allemands et miliciens prenaient quelques instants de détente sur la place du Balat. Ils avaient déniché un ballon et entamé une vague partie de football. Soudain des rafales de fusils-mitrailleur et des coups de fusils balayèrent la place. une soixantaine de maquisards de l’AS (Saint-Genès) tuèrent ce jour-là 8 Allemands dont Geissler et 2 miliciens avant de se replier indemnes. En fin de journée les personnes enfermées à la mairie furent emmenées à Saint-Flour et rejoignirent à l’hôtel Terminus les 40 sanflorains qui s’y trouvaient depuis plus de 24 heures. Jusqu’au 14 juin les 53 otages vécurent des heures pénibles et 25 d’entre eux furent conduits à Soubizergues pour y être fusillés.

Antoine Porte est blessé dans un accident d’auto et décéda à Murat le 17 juin 1944. Il avait 25 ans. Il a été déclaré mort pour la France en 1946.
Le nom de Antony Porte est inscrit sur le monument aux Morts (1939/1945) de Riom-ès-Montagnes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219373, notice PORTE Antoine, Désiré, Marius par Patrick Bec, version mise en ligne le 22 octobre 2019, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Patrick Bec

SOURCES : AVCC, dossier Antoine Porte : AC 21 P 133401 (non consulté). — Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945 - Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993. — Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir, Albédia, Aurillac 2007. — État civil (AD 15) . — MémorialGenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément