DELAPLACE Henri

Par Jean-Pierre Besse, Michel Dreyfus

Né le 21 juillet 1917 à Verberie (Oise), mort le 31 mai 1986 à Brenouille (Oise) ; tourneur fraiseur, agent de maîtrise ; syndicaliste CGT-FO dans l’Oise ; secrétaire général de la Fédération des industries chimiques, para-chimiques et du verre (1959-1960), secrétaire de l’Union départementale FO de l’Oise (1960-1978) ; maire de Brenouille (1959-1986).

Le père de Henri Delaplace, déménageur de pianos, s’installa au début des années 1920 comme voyageur-livreur à Brenouille (Oise) où sa mère tint un petit commerce de café, tabac, épicerie et mercerie. En 1931, le père était manouvrier chez Forclum à Précy-sur-Oise et en 1936, manouvrier à la Société générale d’entreprise à Villers-Saint-Paul (Oise). Henri Delaplace fit ses études à l’école pratique d’industrie de Creil (Oise), devenue par la suite École nationale professionnelle où il obtint un CAP de tourneur-fraiseur et son brevet d’enseignement industriel. Il commença à travailler à Compiègne puis à Estrées-Saint-Denis (Oise) avant d’entrer en 1935, comme son père, à la Société générale d’entreprise.
Henri Delaplace adhéra alors à la CGT et aux Jeunesses socialistes et participa activement aux grèves de 1936. Il partit faire son service militaire en octobre 1938 puis participa aux combats de 1940 avant d’être démobilisé en octobre 1940. Il s’engagea dans la Résistance au sein d’un groupe appartenant aux FTP.
À la fin de la guerre, Henri Delaplace entra chez Francolor à Villers-Saint-Paul (Oise) et devint responsable du syndicat des agents de maîtrise, employés et techniciens CGT. Il fut un des fondateurs de Force ouvrière. Secrétaire général adjoint de la Fédération FO des industries chimiques, para-chimiques et du verre dès ses débuts (fin 1947 ou début 1948) jusqu’en 1959, il en devint à cette date le secrétaire général et ce jusqu’en 1962 ou 1963, selon les sources. Il interrompit alors un temps son mandat : secrétaire départemental de l’Oise à la propagande depuis de novembre 1952, Henri Delaplace fut élu en 1963 secrétaire de l’Union départementale de l’Oise, poste qu’il occupa jusqu’en 1978. Entre temps, il avait repris ses fonctions de secrétaire général adjoint de la Fédération FO de la Chimie et il siégea à son bureau jusqu’en 1980. Par ailleurs, Henri Delaplace appartint également à la Commission exécutive fédérale de FO de 1960 à 1977.
Henri Delaplace représenta Force ouvrière dans de nombreuses instances : administrateur de la Caisse de sécurité sociale de Creil à partir de 1955, il en fut le président puis celui de la Caisse primaire d’assurance-maladie de 1960 à 1986. Membre du Conseil économique et social de 1960 à 1974, Henri Delaplace fut aussi membre du Conseil économique et social de Picardie dont il assura la vice-présidence en 1983, vice-président du Comité départemental d’expansion économique de l’Oise. Élu conseiller municipal de Brenouille en avril 1945, Henri Delaplace avait été constamment réélu sous la IVe République. En 1947 et 1953, la préfecture le classait comme « Titiste » ! Devenu maire de la commune en 1959, Henri Delaplace occupa ce poste jusqu’à son décès.
Marié, père de quatre enfants, Henri Delaplace eut des obsèques civiles dans sa commune le 4 juin 1986.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21940, notice DELAPLACE Henri par Jean-Pierre Besse, Michel Dreyfus, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 22 mars 2015.

Par Jean-Pierre Besse, Michel Dreyfus

SOURCES : Force ouvrière hebdo, n° 1880, 4 juin 1986. — Gérard Adam, La CFTC, op. cit. — Archives départementales de l’Oise, séries M et W (en particulier 394 W 3 933). — Presse locale.

ICONOGRAPHIE : Force ouvrière hebdo, n° 1880, 4 juin 1986.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément