ARMATAFFET René Victor

Par Michel Germain, Dominique Tantin

Né le 26 avril 1914, à Lyon 2è arr. (Rhône), exécuté sommairement le 18 août 1944 à Alex (Haute-Savoie) ; manœuvre ; résistant des FFI.

René Armataffet était le fils de Joannès Marie Joseph Armataffet et de Maria Henry son épouse. Son père étant décédé, il habita avec sa mère 17 avenue des Hirondelles, à Annecy et devint manœuvre.
Il rejoignit la Résistance et on le retrouva au maquis du Cruet avec César Déléan, durant l’hiver 1943 – 1944. Le jour de l’attaque de Thuy (hameau de Thônes) en janvier 1944, par la Wehrmacht, René déjeunait à l’hôtel du Midi à Thônes. Aimée Levet, l’hôtelière lui dit ce qui se passait, que les Allemands arrivaient et elle ajouta qu’il vallait mieux partir. Le jeune homme lui répondit : « On est là pour les recevoir », mais il quitta l’hôtel après s’être débarrassé de son parabellum, juste avant l’arrivée de la Gestapo. Il aida occasionnellement le groupe Bastian pour le ravitaillement des Glières.
Dans l’été, il fut arrêté par les miliciens (date encore inconnue). Le vendredi 18 août 1944, à 9 heures 30, quelques miliciens aux ordres du dénommé Granier l’exécutèrent au hameau du Mas, à Alex (Haute-Savoie). C’est le garde champêtre Germain Brunet qui découvrit le corps. Faut-il rappeler que dans l’après-midi les miliciens, derrière Chambaz, contactèrent Edouard Peccoud, alias Quino, en vue de leur reddition, effective dans la soirée et que le département fut totalement libéré le lendemain ?
René Armataffet fut déclaré « Mort pour la France » le 8 mars 1946 (dossier n° 557 247). L’acte de décès précise qu’il était « sergent des Forces Françaises de l’Intérieur ».
Il est inhumé dans la nécropole militaire nationale de Morette, tombe n°18. Son nom figure sur Mur élevé à l’entrée de ladite nécropole, ainsi que sur les plaques récapitulatives des « Morts pour la France » apposées dans le hall de l’Hôtel de ville d’Annecy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219411, notice ARMATAFFET René Victor par Michel Germain, Dominique Tantin , version mise en ligne le 9 octobre 2019, dernière modification le 5 janvier 2022.

Par Michel Germain, Dominique Tantin

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Fonds du Mémorial de l’oppression 3808 W 1377. — Service historique de la Défense, AVCC Caen, AC 21 P 9038 et Vincennes, GR 16 P 17216 (à consulter). — Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément