RAPHEL Martial, Marcel, alias Tarzan

Par Dominique Tantin

Né le 20 avril 1922 à Nalliers (Vendée), exécuté sommairement le 2 avril 1944 à Tulle (Corrèze) ; marin pompier ; résistant dans les FTPF.

Martial Raphel était le fils d’Eugène, né en 1886 à Marsais-Sainte-Radégonde, et de son épouse Marie Sénégon, née en 1884 à La Chapelle-Thémer, tous les deux journaliers.
Il devint matelot chauffeur dans le bataillon de marins pompiers (BMP) du 4e arrondissement maritime. Vraisemblablement pour échapper au STO, il se réfugia en Corrèze où il rejoignit les FTPF. Il faisait partie du détachement « Camille Money » de la 5e compagnie FTP de Corrèze qui était implantée sur les communes de Venarsal et de Malemort-sur-Corrèze.
Le 1er avril 1944, à l’aube, ce détachement composé de sept maquisards tendit une embuscade sur la RN 89. Martial Raphel avait la responsabilité d’un fusil-mitrailleur qui prenait en enfilade la route en direction de Tulle, distant d’une dizaine de kilomètres.
Les maquisards ouvrirent le feu sur deux véhicules allemands, un car et une voiture semi-blindée venant de Tulle avec à leur bord une trentaine de soldats et officiers de la Sipo-SD. Le SS-Obersturmführer Karl Keller de la Sipo-SD de Limoges fut tué. Très vite les Allemands reçurent le soutien de la brigade nord-africaines de Lafont en cantonnement à Tulle. Les maquisards durent se replier. Blessé, Martial Raphel couvrit leur retraite jusqu’à épuisement de se munitions.
Fait prisonnier, il fut conduit à la prison de Tulle. En représailles de l’attaque, les Allemands fusillèrent six résistants le 2 avril dans l’enceinte de la prison, parmi lesquels Martial Raphel.
Il obtint la mention Mort pour la France. Son nom est inscrit à Tulle sur une stèle commémorative et sur le monument aux Morts de sa commune natale.



Tulle (Corrèze), prison, 2 avril 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219500, notice RAPHEL Martial, Marcel, alias Tarzan par Dominique Tantin, version mise en ligne le 14 octobre 2019, dernière modification le 13 janvier 2021.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, La traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, p. 287-289 ; 303. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — SHD Vincennes, CC8 62 J 11436 et GR 16 P 499843. — Nalliers, recensement de 1936 en ligne Aarch. dép. Vendée).

Version imprimable Signaler un complément