FRANCHI Martin

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 10 avril 1923 à Serriera (Corse-du-Sud), exécuté sommairement le 13 juin 1944 à Léaz (Ain) ; étudiant ; normalien ; résistant de l’armée secrète (AS) et des maquis de l’Ain et de la Résistance intérieure française (RIF).

Martin Franchi était le fils de Joseph Louis et de Restituda Acquaviva. Il était célibataire et domicilié à la Conciergerie du Palais de Justice, 6 Rue de Palais à Bourg. Il était étudiant en terminale au lycée Lalande en 1942-43.
Ses études de Normalien achevées, il entra dans la Résistance à l’armée secrète au maquis du camp de Cize, à Cize-Bolozon (Ain) en décembre 1943. Il fut condamné pour activités gaullistes. Il entra ensuite au camp Jo, opérant dans le secteur d’Oyonnax sous le pseudonyme "Kiki".
Il participa au combat du Fort-l’Écluse et fut tué après la bataille avec son frère Jean Étienne, à Léaz (Ain) le 13 juin 1944.
Il n’a pas été trouvé d’acte de décès à Léaz.
Il est inhumé au cimetière communal, à Bourg-en-Bresse (Ain).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat de la résistance intérieure française (RIF) [SHD Vincennes dossier GR 16 P 232869].
Son nom figure sur la stèle commémorative, à Léaz, sur le monument aux morts et la plaque commémorative du Lycée Lalande, à Bourg-en-Bresse (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219507, notice FRANCHI Martin par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 octobre 2019, dernière modification le 29 février 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément