CHABRIER Antoine

Par Patrick Bec

Né le 2 février 1888 à Laquérie, commune de Marchastel (Cantal), massacré le 26 juin 1944 à Riom-ès-Montagnes (Cantal) ; voyageur ; victime civile

Antoine Chabrier était le fils de Léonard Chabrier, cultivateur né en 1857 et décédé en 1930, marié à Apchon (Cantal) en 1880 avec Anne Piemont née en 1860 au Terrou de Marchastel. Il avait au moins une soeur et un frère nés en 1882 et 1890. Mobilisé pendant la première guerre mondiale dans le 12è Bataillon de Chasseurs à pied, il est blessé une première fois le 1er septembre 1914 à Giragoutte (Haut-Rhin) puis deux autres fois à près de Bussang (Vosges) et à Thann (Haut-Rhin) en 1915. Promu caporal, il est à nouveau blessé à Maurepas (Somme) et évacué à l’hôpital de Caen (Calvados) le 3 septembre 1916. Il obtient la croix de guerre, étoile de bronze et médaille militaire : « A montré de l’audace et de l’habileté à la reconnaissance de nuit qu’il a faite jusque sur les fils de fer de l’ennemi. » De retour sur le front le 23 mars 1917, il est à nouveau blessé au bras gauche à Morcourt (Aisne) le 6 octobre 1918. Démobilisé en juillet 1919, il souffre de pneumonie. Marié avec Madeleine Roux, il voyage en Dordogne et en Charente.

Il a au moins un fils, Marcel Chabrier, né en 1923 qui avait rejoint le Maquis en 1944.
Renseignée sur la présence de groupes importants de maquisards dans la région et de l’activité déployée aux environs de Riom-ès-Montagnes, une forte colonne allemande investit la ville le 26 juin 1944. La Vaissière relate cet épisode tragique de l’histoire de la cité. « Ils arrivèrent à l’improviste et firent plusieurs victimes : Madame Serre, née Marguerite Tyssandier, qui commit l’imprudence de fuir ; Henri Finck, volontaire de la Résistance, tué près de Saint-Angeau où il se rendait pour une mission ; et M. Antoine Chabrier, grand blessé de l’autre guerre, qui mourut d’une embolie au moment où un officier lui déclara qu’il serait fusillé, si son fils, qui était en fuite, ne se présentait pas devant lui dans un délai de quatre heures. »
Antoine Chabrier avait 56 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219665, notice CHABRIER Antoine par Patrick Bec, version mise en ligne le 21 octobre 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Patrick Bec

SOURCES : Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993 .— Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir, Albédia, Aurillac 2007 .— Mgr de La Vaissière, Les journées tragiques dans le diocèse de Saint-Flour, Imprimerie Clavel, Saint-Flour 1944 .— Archives Départementales 15 (État civil, recensement, registres matricules) .— MémorialGenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément