GARIN Anthelme, Aimé

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 26 janvier 1896 à Ordonnaz (Ain), massacré le 8 août 1944 à Nivollet-Montgriffon (Ain) ; cordonnier ; victime civile.

Anthelme Garin était le fils de Claude et de Louise Bonnard, tous deux cultivateurs. Il était marié avec Julia Jeanne Mayet. Il était domicilié à Saint-Rambert-en-Bugey où il exerçait le métier de cordonnier dans la Grande Rue.
Le 8 août 1944 vers 8h15 cinq avions allemands bombardèrent en représailles la commune de Nivollet-Montgriffon. Cette attaque aérienne se solda par 9 victimes civiles et 24 bâtiments détruits.
Anthelme Garin et sa fille Jeanne succombèrent à 8h30 au Bourg.
L’acte de décès fut dressé le 9 août sur la déclaration d’Alexandre Ganglion, 57 ans, ouvrier en soie domicilié à Saint-Rambert-en-Bugey, beau-frère du défunt. Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Saint-Rambert-en-Bugey et sur la plaque commémorative du village de Nivollet, commune de Nivollet-Montgriffon (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219983, notice GARIN Anthelme, Aimé par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 29 octobre 2019, dernière modification le 29 octobre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Cercle aéronautique Louis Mouillard Les bombardements de représailles allemands sur la région Rhône-Alpes été 1944.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément