BENZECRI Edmond, Isaac

Par Jacques Girault

Né le 27 octobre 1898 à Oran (Algérie) ; inspecteur d’Académie ; militant mutualiste (MGEN).

Né dans une famille juive d’Algérie dont le père était instituteur, Edmond Benzécri obtint le baccalauréat littéraire à Alger (1916). Boursier, licencié ès lettres (Philosophie) à la Sorbonne en 1917, titulaire du diplôme d’études supérieures (1918),il fut boursier d’agrégation à la faculté de Bordeaux (Gironde) en 1919-1922.
Ajourné pour le service militaire, délégué pour enseigner la philosophie et les lettres au collège de Verdun (Meuse) de 1922 à 1926, il fut titularisé comme professeur en 1925.

Reçu à l’agrégation de philosophie en 1926, nommé au lycée d’Oran en octobre 1926, il y enseigna jusqu’en 1936. Promu inspecteur d’académie à Guéret (Creuse) de 1936 à 1938, il entretint d’excellentes relations avec la section départementale du Syndicat national des instituteurs. Nommé à Laon (Aisne) de 1938 à 1940, il fut très proche des instituteurs lors de l’offensive militaire allemande. Pendant cette période, il soutint sa thèse de doctorat à Paris en 1940.

Après avoir été mis à la retraite d’office du 19 décembre 1940 au 11 janvier 1945, il occupa un poste d’inspecteur d’académie à Evreux (Eure) jusqu’en 1954. Dès son arrivée, il remit en route les œuvres laïques (Pupilles, Fédération des œuvres laïques, colonies de vacances) et créa un aérium à Ecouis. Pendant ces années, il contribua à de nombreuses constructions scolaires. Nommé inspecteur de l’académie de Paris en 1954, il y travailla jusqu’à sa retraite en octobre 1965, habitant alors à Montreuil.

En 1952-1954, Edmond Benzécri remplit une mission d’inspecteur général de philosophie dans les académies de Caen et de Rennes, fut responsable de l’organisation des examens au Dahomey et présida le comité médical central de section siégeant en commission de réforme. Cette dernière responsabilité s’expliquait par son militantisme à la Mutuelle générale de l’Éducation nationale. Il participait régulièrement à la réunion des instances dirigeantes et présenta une communication au congrès d’hygiène scolaire à Alger en 1952. L’année suivante, en plus d’une délégation au congrès de la MGEN, il prononça deux conférences sur la formation des maîtres des maîtres des écoles de plein air.

Au congrès de la Ligue de l’enseignement à Rouen en 1964, il présenta le rapport « Pourquoi sommes-nous laïques ? »

Edmond Benzécri se maria en septembre 1922 à Bordeaux avec une originaire des Pyrénées qui mourut à la fin des années 1940. Le couple eut deux enfants. Il se remaria en octobre 1952 à Paris (IXe) avec la directrice de l’École normale d’institutrices d’Evreux puis de Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise, Yvelines).

Auteur de poèmes, il participa à un ouvrage collectif sur Israël par un texte sur l’enseignement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220067, notice BENZECRI Edmond, Isaac par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 novembre 2019, dernière modification le 10 février 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE ; Le fichier de la BNF comportait en 2019 quatre références correspondant à ses thèses : Essai sur la nature et la portée de l’attitude métaphysique. — L’Esprit humain selon Pascal.

SOURCES : Arch. Nat., AJ/16/5864. — État civil d’Oran (ANOM). — Arch. MGEN. — Historique des congrès de la Ligue de l’enseignement. — Notes d’Alain Dalançon et de Jean-Michel Laxalt.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément