BLANC Roger, Louis, Marc

Par Michel Germain

Né le 27 octobre 1930 à Sète (Hérault), massacré le 17 juin 1944 à Taninges (Haute-Savoie) ; victime civile.

Roger Blanc était le fils de Marcel Pierre Philippe Blanc, receveur des Contributions indirectes, et de son épouse Madeleine Joséphine Granier. La famille habitait à Taninges (Haute-Savoie) où le père avait été nommé.
On lit dans les Archives départementales de Haute-Savoie (série 81J9 et 10), à la date du 17 juin 1944 : « Samoëns : Bataille rangée entre des terroristes et les Allemands qui perdent un tué et 7 disparus ; les routes des environs sont coupées par les terroristes. Taninges : le jeune Blanc (14 ans) est tué dans son jardin par les T.O. ».
Les troupes d’occupation allemande patrouillaient dans toute la vallée entre Taninges et Samoëns à la suite d’intervention de maquisards. Elles procèdèrent à des arrestations et certains soldats tirèrent à tout va. Il était effectivement 11 heures du matin lorsque le jeune Roger blanc, âgé de 14 ans, fut tué au lieu-dit le Champ du Baud, sur la route de Samoëns. (Acte 19/1944). (Le fonds du Mémorial de l’oppression 3808 W 1519 parle de douaniers auteurs de cet homicide volontaire).
Reconnu « Mort pour la France » par lettre du Ministère des Anciens combattants et des Victimes de guerre en date 29 décembre 1964, son nom est gravé sur le monument aux morts de Taninges.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220082, notice BLANC Roger, Louis, Marc par Michel Germain, version mise en ligne le 4 novembre 2019, dernière modification le 11 février 2020.

Par Michel Germain

SOURCE : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément