DELELIS André

Par Gilles Morin

Né le 23 mai 1924 à Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), mort le 4 septembre 2012 à Lens (Pas-de-Calais) ; employé de commerce ; syndicaliste et militant socialiste du Pas-de-Calais ; secrétaire de l’Union départementale CGT-FO du Pas-de-Calais ; secrétaire de la fédération socialiste ; maire de Lens (1966-1998) ; conseiller général de Lens-Nord-Ouest (1962-1982) ; conseiller régional (1973-1986) ; membre du comité directeur du Parti socialiste (1975-1977) ; député (1967-1981) ; ministre du Commerce et de l’artisanat du gouvernement de Pierre Mauroy (1981-1983) ; sénateur (1983-1992).

[Arch. OURS]

Fils d’Eusèbe Delelis, secrétaire de mairie de Cauchy-la-Tour et de son épouse épicière, et petit-fils de cultivateur du côté parternel et d’un mineur du côté maternel, André Delelis suivit les cours de l’école primaire de Cauchy-la-Tour, puis du collège d’Auchel. Il était titulaire du certificat d’études primaires (en 1936). Il épousa, le 1er mai 1944, Suzanne Soupart et ils eurent deux enfants. Il travailla comme représentant, prenant sa retraite en 1967.

André Delelis, dont le père était un militant de base de la SFIO, adhéra aux Jeunesses socialistes en 1935, à onze ans. Il fut militant de la CGT en 1945, secrétaire de l’Union locale d’Auchel, puis de la CGT-FO. Pour cette dernière organisation, il fut secrétaire départemental des services publics et de santé, puis secrétaire adjoint de l’Union départementale en mai 1958.

André Delelis devint secrétaire de la section SFIO de Lens en 1958, fonction qu’il conserva jusqu’en 1965. Il exerça aussi des responsabilités à l’échelon départemental de ce parti : membre de la commission exécutive fédérale (de 1959 à la fin des années quatre-vingt), du bureau exécutif (entre 1961 et 1981), deuxième secrétaire fédéral (de 1961 à 1972).

Élu conseiller municipal en mars 1959, André Delelis était premier adjoint du maire de Lens en 1962. Il fut élu maire de Lens, le 21 décembre 1966, après le décès du docteur Schaffner*. Réélu comme socialiste en 1971-1977, à la tête d’une liste comprenant 27 socialistes et 6 centristes du Centre démocrate, en 1977, il refusa de présenter une liste d’Union de la gauche, donc avec le communiste, mais il fut réélu. Il présidait le district des communes de Lens-Liévin, et l’association des communes minières du Nord et du Pas-de-Calais.

André Delelis fut élu conseiller général SFIO de Lens-Ouest en 1962, après la création du canton, puis réélu en 1964, 1970, et 1976. Député suppléant depuis mars 1967, il occupa le siège de député de la 13e circonscription du Pas-de-Calais en septembre 1967, succédant au docteur Schaffner décédé fin 1966. Il s’inscrivit au groupe FGDS et fut l’un des rares députés socialistes à être réélu en juin 1968. Il siégea à la commission de la production de 1968 à 1978, à la commission des Affaires culturelles en 1980-1981 et à la commission de la défense nationale en 1981.

Membre du conseil régional du Pas-de-Calais à partir de novembre 1973, il fut désigné comme secrétaire de l’Assemblée en janvier suivant et y siégea jusqu’en 1986 au moins.

André Delelis fut encore vice-président de la fédération des élus socialistes départementale, président de l’Association des communes minières et vice-président de l’association des maires du Pas-de-Calais, secrétaire fédéral-adjoint. Au titre de ces fonctions électives et associatives diverses, André Delelis fut l’un de ceux qui eurent à gérer la fin de l’exploitation charbonnière, s’efforçant de la retarder, mais surtout de la préparer et d’en limiter les effets sociaux et politiques, tout en mettant en place les bases d’une reconversion économique.

Délégué départemental de François Mitterrand* pour les élections présidentielles de 1974, Delelis fut membre du comité directeur (CD) du PS de février 1975 à février 1977. Mais, en 1977, héritier de la tradition de combat contre les communistes dans le bassin minier, il refusa de faire une liste commune à Lens et fut obligé de quitter le CD.

Réélu député en juin 1981, il fut nommé ministre du commerce et de l’artisanat dans le gouvernement de Pierre Mauroy*, du 22 mai au 22 juin 1981, puis à partir du 23 juin 1981, et céda son siège à Jean-Claude Bois. Il quitta le gouvernement en mars 1983, afin de conduire une liste socialiste homogène, sans les communistes et les radicaux de gauche qui présentèrent une liste commune. Il fut élu sénateur du Pas-de-Calais le 25 septembre 1983.

Membre du bureau et vice-président du conseil régional il fut encore président du district de Lens-Liévin en 1981-1998. En 1997, il fut inculpé dans une affaire de marché public concernant le stade Bollaert. À mi-mandat, en 1998, il quitta ses fonctions de maire de Lens au profit de Guy Delcourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22013, notice DELELIS André par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 2 juillet 2013.

Par Gilles Morin

[Arch. OURS]
[Arch. OURS]

SOURCES : Arch. Nat., CAC, 19830172, art. 72. Arch. de l’Assemblée nationale, dossier personnel. — Rapports des congrès de la fédération SFIO du Pas-de-Calais, 1945-1967. — Arch. OURS, dossiers Pas-de-Calais et dossier biographique. — Arch. FJJ/6EF73/2. — J. Derville, La fédération socialiste SFIO du Pas-de-Calais, 1944-1969, thèse d’études politiques, FNSP, 1970. — FNESER, Annuaire des conseillers généraux socialistes, sd. (1979). — FNESER, Annuaires des maires socialistes, municipales mars 1983 et 1989. — Encyclopédie périodique, Communes et maires de France, société générale de presse, 1987. — Who’s Who in France, 1985-1986. — Réponse à un questionnaire biographique de Frédéric Sawicki.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément