GILMAN Denise, Irène, Marguerite

Par Jean-Pierre Ravery

Née le 30 janvier 1921 à Waziers (Nord), abattue par la police allemande le 27 novembre 1943 à Lille (Nord) ; profession inconnue ; membre du réseau Sylvestre Farmer de la section F du SOE, agent de liaison de Michael Trotobas* tué le même jour.

Denise Gilman avait rencontré Michael Trotobas dans un café peu après l’arrivée à Lille de l’agent secret britannique. Elle était rapidement devenue sa compagne et son agent de liaison. La jeune femme effectuait d’incessants voyages entre Lille, Arras, Amboise et Paris pour acheminer les messages échangés entre Londres et le réseau Sylvestre Farmer. Elle était recherchée par la Gestapo depuis le mois d’août 1943, de même que le « capitaine Michel ».
Dans la soirée du 26 novembre 1943, de retour d’un voyage à Paris, elle retrouva Michael Trotobas à leur logement lillois 20 boulevard de Belfort qu’ils étaient sur le point de quitter par précaution. Mais épuisée, elle demanda à son compagnon de différer le déménagement. Malheureusement, dans la nuit, la police allemande réussissait à capturer dans la région d’Arras une équipe occupée à réceptionner un parachutage. L’un de ses membres, le lieutenant Reeve, un officier anglais, coopéra et accepta de conduire les hommes de la Gestapo à la planque de son chef.
A 6 heures du matin, le quartier était cerné par la GFP – la police militaire secrète. Trotobas ouvrit le feu sur les assaillants, tuant leur chef avant de succomber à son tour. Au cours de la fusillade, Denise Gilman fut mortellement touchée.
À la libération, elle fut déclarée « morte pour la France ». En 1947, la médaille de la Résistance lui fut attribuée à titre posthume.
Son nom est gravé sur les monuments commémoratifs de Lille et d’Auchel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220137, notice GILMAN Denise, Irène, Marguerite par Jean-Pierre Ravery, version mise en ligne le 6 novembre 2019, dernière modification le 23 juin 2021.

Par Jean-Pierre Ravery

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 256116. — Memorialgenweb. — Francearchives.fr. — Ordre de la liberation.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément