SAVARIEAU Armand, Alcime, Aimé

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 août 1925 à Le Poiré-sur-Vie (Vendée), mort en action le 1er septembre 1944 à Béligneux (Ain) ; étudiant ; enfant de troupe ; résistant de l’AS et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Armand Savarieau était le fils de Benjamin Alcime et de Marie Célestine Augustine Boulon. Il était célibataire et domicilié aux Sables-d’Olonnes (Vendée).
Il entra à l’École militaire d’Autun qui s’était repliée au camp de Thol dans l’Ain, en octobre 1943. Au printemps 1944, il quitta le camp avec d’autres élèves et cadres de l’école et rejoignit la Résistance dans les maquis de l’Ain pour participer aux combat aux combats de la Libération avec le pseudonyme "Couscous". Le 6 juin 1944, les enfants de troupe constituèrent la compagnie Mazaud, pseudonyme de son chef Jean Signorini, qui participa à de nombreux combats jusqu’à la libération. Le 1er septembre, les enfants de troupe furent conduits en camions au camp de la Valbonne pour relever la compagnie Girod, aidés par la 5e compagnie FUJP (Forces unies de la jeunesse patriotique) de Gérard Sotton, alias "Philippe", et les Américains. L’artillerie allemande pilonna alors les positions des maquisards qui tentèrent vainement de riposter avec leurs mitrailleuses. Alors que le repli était en cours, un obus explosa sur un hangar où les enfants de troupe récupéraient leurs sacs. Il y eut onze morts et quinze blessés qu’il fallut évacuer dans des conditions difficiles. Parmi eux Armand Savarieau qui décéda au camp de La Valbonne, à Béligneux (Ain) le 2 septembre 1944 à 14 heures, à l’approche de la libération.
Il est inhumé dans le cimetière communal, à Le Poiré-sur-Vie (Vendée).
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès et fut homologué au grade de sergent-chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la stèle à la mémoire des enfants de troupe, à Béligneux-La Valbonne (Ain), sur le monument commémoratif des enfants de troupe, à Clavières (Cantal), sur la stèle commémorative 1939-1945 de l’École militaire des enfants de troupe, aux [Les] Andelys (Eure). Sur tous ces monuments, il est orthographié Savariau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220182, notice SAVARIEAU Armand, Alcime, Aimé par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 novembre 2019, dernière modification le 7 novembre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD (DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013) et stèle à la mémoire des enfants de troupe.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément