URFER Henri, Alphonse

Par Jean Belin

Né le 23 septembre 1910 à Dijon (Côte-d’Or) ; mort le 23 juin 2005 à Dijon ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT et militant communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein du Front national (FN).

Fils de Louis Urfer, cimentier, et de Marie Emilie Chedeville, laveuse, frère d’ Armand Urfer, militant de la CGT, Henri Urfer travailla chez Terrot en 1926, licencié en 1928, il fut embauché à l’usine métallurgique Vernet à Dijon le 27 août 1930. Il prit sa carte et milita à la CGT et fut à nouveau licencié pour fait de grève. Adhérant à la Jeunesse communiste de 1927 à son incorporation de 1931 à 1932, il travailla à son retour dans diverses entreprises de la Région parisienne comme manœuvre alternant avec des périodes de chômage. En 1935, il revint sur Dijon et ce fut à ce moment là qu’il rejoignit le Parti communiste et anima avec Maurice Sébille la cellule du quartier de la Maladière. Après la déclaration de guerre, dès l’année 1940, il participa à la reconstitution du Parti communiste dans le département et dans la Résistance au sein du Front national (FN). Il fut arrêté par la police française le 31 juillet 1942 pour distribution de tracts et de journaux. Après 3 mois à la prison de Dijon, il fut interné au camp de Rouillé (Vienne) où il retrouva son camarade Marcel Suillerot. Il fut libéré le 30 août 1943 et reprit une activité professionnelle et des actes de Résistance jusqu’à la Libération de Dijon en septembre 1944. A la fin des années 1990, il fut signalé comme étant encore membre du PCF. Il se maria le 10 décembre 1932 à Dijon avec Yvonne Louise Jeanne Soustelle, biscuitière et eut un fils, André né en 1934 à Dijon. Retraité en 1975. Domicilié au 2 rue Jules Violle à Dijon lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220183, notice URFER Henri, Alphonse par Jean Belin, version mise en ligne le 26 novembre 2019, dernière modification le 26 novembre 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or, édition de 1996. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil, fiche de recrutement militaire et recensement de la population. — État civil, mairie de Dijon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément