BOSCONO Edmond, Eugène

Par Michel Germain

Né le 7 octobre 1924, à Annecy (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 19 juillet 1944 à Châtillon-d ’Azergues, auj. Châtillon (Rhône) ; boulanger ; résistant du Bataillon des Glières.

Fils de Germain Boscono et de son épouse Marie Eugénie Antonietti, Edmond Boscono habitait Annecy et exerçait la profession de boulanger.
Concerné par la loi du 16 février 1943 instituant le S.T.O. et par patriotisme, il gagna le maquis dans la région de Thônes. Le 31 janvier 1944, il monta sur le Plateau des Glières, probablement avec les maquisards de Serraval, commandés par Jean Rivaud*, alias Gaby, car il était sur le Plateau à la section « Hoche », qui cantonnait à Notre-Dame-des-Neiges.
Après le décrochage du 26 mars 1944, il fut arrêté le jeudi 30 mars à Annecy par les forces françaises du Maintien de l’ordre et interné à la caserne Dessaix Il fut transféré à Lyon, le 17 mai 1944. Malade des poumons – la tuberculose faisait des ravages à cette époque – il obtint d’être admis à l’hôpital du Mont-d’Or, à Lyon.
Sans que l’on sache réellement pourquoi – il semble que les Allemands avaient décidé de fusiller un certain nombre d’otages en représailles - comme il en manquait, ils ont extrait de sa prison Edmond Boscono, ainsi que Yves Philippe de Kerarmel* (aussi des Glières et également hospitalisé pour maladie des poumons).
Edmond Boscono fut exécuté par les Allemands, le 19 juillet 1944, à Pont de Dorieux, au lieu-dit Coleymieux, avec 51 autres prisonniers, (commune de Châtillon-d’Azergues, auj. Chatillon (Rhône), (transcription acte de décès Annecy 128/1943). Un monument élevé sur place rappelle leur martyr.
Son corps fut rapatrié en Haute-Savoie pour être inhumé dans la nécropole nationale de Morette, tombe n°17. Reconnu « Mort pour la France » le 19 juillet 1945, son nom est gravé d’or sur les plaques de marbre noir, monument aux morts de la ville d’Annecy, apposées dans le hall de la mairie ainsi que sur le Mur du souvenir, monument érigé à l’entrée de la nécropole de Morette. Il fut homologué Interné résistant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220193, notice BOSCONO Edmond, Eugène par Michel Germain, version mise en ligne le 7 novembre 2019, dernière modification le 3 décembre 2019.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 75204 et Caen SHD/ AC 21 P 713921 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément