COUPAS Joseph, Francis [pseudonyme dans la résistance : Durif]

Par Eric Panthou

Né le 25 mai 1926 à Auzelles (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par les Allemands le 2 août 1944 à Montagnac, commune de Solignac-sur-Loire (Haute-Loire) ; cultivateur à Auzelles (Puy-de-Dôme) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI) , de l’Armée Secrète et des Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Fils de Arthème et d’Antonia, née Palasse, Joseph Coupas était cultivateur chez ses parents au Rocher, commune d’Auzelles.

Il est entré dans la Résistance en juillet 1943. Chef de sizaine Résistance AS puis MUR, il a participé à la constitution de dépôts d’armes et de munitions et à la mobilisation du 25 mai 1944. Il a appartenu aux forces combattantes du Cantal et de la Haute-Loire en rejoignant la 5ème Compagnie du maquis du Cantal fin mai 1944. Après dispersion de la compagnie, il fit partie des formations du maquis de la Haute-Loire sous le commandement de Cohalion alias Tailleur, et du capitaine Seigle. Après la capture de ce dernier, il passa sous le commandement du lieutenant Grenier alias Georges. Il participa notamment aux combats de Ruynes-en-Margeride et du Mont-Mouchet.
La nuit précédant sa mort au combat il fit partie d’un groupe dirigé par le lieutenant Grenier, alias Georges, stationné à Vergezac (Haute-Loire) et ayant pour objectif la destruction du pont de Chassilhac, sur la commune de Solignac-sur-Loire, sur la Route nationale 88. C’est là qu’au lieu-dit Montagnac le groupe fut attaqué par trois camions de soldats allemands qui venaient du Puy. Après un violent échange de coups de feu, les maquisards durent se replier sur Vergezac. Deux parmi eux furent blessés au combat, Paul Valour et Joseph Coupas. Ce dernier, blessé à la jambe, fut achevé par 3 Allemands à coups de baïonnette près des carrières voisines du village.
Il a servi dans la 5ème Compagnie du 28 mai au 30 juin 1944 dans le secteur de Sales puis dans le groupe Tailleur en Haute-Loire du 1er juillet au 2 août 1944. Du 28 mai au 2 août 1944, il était chef de section et commandait vingt hommes.

Reconnu “Mort pour la France”, Homologué sergent-chef FFI le 1er octobre 1946, prise de rang le 1er juin 1944. JO du 20 février 1947 ; il a reçu le 4 janvier 1952 à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR).

Son nom figure sur deux plaques commémorative de Solignac ainsi que sur le Monument aux Morts d’Auzelles et sur une plaque commémorative dans l’église de la commune, orthographié Coupat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220270, notice COUPAS Joseph, Francis [pseudonyme dans la résistance : Durif] par Eric Panthou, version mise en ligne le 10 novembre 2019, dernière modification le 15 septembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 146728. Dossier Joseph Coupas .— AVCC Caen, AC 21 P 109303. Dossier Joseph Coupas (non consulté) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 4915. Dossier demande carte CVR pour Joseph Coupas .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— Mémorialgenweb .— état-civil. Compléments par Geneviève Launay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément