ERAGNE Lucien, Félix, Annet [pseudonyme dans la résistance : Poil de carotte]

Par Eric Panthou

Né le 6 janvier 1923 à Egliseneuve-d’Entraigues (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par les Allemands le 21 juin 1944 à Saint-Martial (Cantal) ; cultivateur ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur.

Fils de de Pierre Marcel et Marie Madeleine, née Martin, Lucien Eragne était cultivateur à Bagnols (Puy-de-Dôme) et célibataire.

Il rejoignit la Résistance le 11 novembre 1943 dans le groupe Picherande qui avait pour chef le Lieutenant Marcel Boyer dit Marcel, responsable cantonal des MUR depuis 1942. Le 28 avril 1944 il fut dirigé ainsi que tout le groupe sur le centre de concentration de Vins-Haut pour aller ensuite prendre position dans les environs de Chaudes-Aigues. il intégra la 3ème Compagnie, aussi appelée Compagnie Lachaize, qui combattit au Mont-Mouchet puis dans la Truyère. Nommé sergent le 20 avril 1944, il assure le commandement d’une section de 10 hommes de la 4ème Compagnie. Après avoir participé aux combats de la Truyère, Jean Eragne alias Poil-de-Carotte et son camarade Jean Serre, alias Sergent, voulurent aller se rafraichir dans la rivière le soir du 20 juin. Ils quittèrent leur poste dans le bois de Bressoles. Jean Eragne fut touché par une balle allemande qui lui transperça les deux genoux.
Les deux hommes purent se mettre à l’abri mais leur chef de groupe, Henri Arnaud dit Titin ne les trouvant pas, ils se retrouvèrent isolés. Jean Serre dut porter son camarade sur le dos ce qui fut un calvaire dans cette montée du bois de Bressoles. Arrivés sur le plateau, Eragne demanda à son camarade, épuisé, de le laisser. Il le cacha, espérant qu’il puisse être sauvé par des paysans, et partit de son côté, échappant de peu aux patrouilles allemandes.
Eragne fut retrouvé par les Allemands et massacrés à coups de baïonnette le mutilant atrocement. Les Allemands obligèrent les habitants du secteur à enterrer les victimes dans des fosses. Eragne fut exhumé le 12 septembre et identifié par son camarade Serre grâce à la Croix de Lorraine qu’il portait. Il fut restitué à sa mère. Il a été exhumé et transporté par convoi automobile par une formation FFI à Bagnols, sa commune de résidence, où il a été inhumé.
Deux des huit sources mentionnant son lieu de décès dans son dossier de résistant indiquent Bressoles, commune de Chaudes-Aigues, les autres indiquent la commune de Saint Martial (Cantal). Son corps, qui reposait dans une fosse commune.

Sa durée de service comme FFI va du 28 avril au 21 juin 1944.
Reconnu “Mort pour la France”, il a reçu le 11 octobre 1955 à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR). Il fut homologué sergent par décret du 30 mai 1947 (JO du 12 novembre 1947, prise de rang le 1er juin 1944).

Son nom figure sur le monument aux Morts de Bagnols.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220315, notice ERAGNE Lucien, Félix, Annet [pseudonyme dans la résistance : Poil de carotte] par Eric Panthou, version mise en ligne le 11 novembre 2019, dernière modification le 9 mars 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 210153. Dossier Lucien Eragne .— AVCC Caen, AC 21 P 18021. Dossier Lucien Eragne (nc) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 5595. Dossier attribution carte CVR à Lucien Eragne .— Gérard Crevon, Jean Favier, Revanche, le maquis de Chaudes-Aigues. Tome 1 : le Groupe Revanche, 9-10 octobre 1943-20 juin 1944, Anterrieux, Musée de la Résistance, 2006, 198 p. — Mémorialgenweb. Compléments par Geneviève Launay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément