FAJOU Emile, Jean [pseudonyme dans la résistance : Jacques]

Par Eric Panthou

Né le 26 janvier 1922 à Trizac (Cantal) mort au combat le 22 août 1944 à la Pézade, commune de La Couvertoirade (Aveyron) ; étudiant à Clermont-Ferrand ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur et de l’Armée Secrète (AS).

Fils de Henri, contrôleur laitier et d’Anaïs, née Cros, Emile Fajou fit ses études au lycée Émile-Duclaux d’Aurillac (Cantal). Ayant obtenu son baccalauréat, il devint étudiant à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il était célibataire.
C’est lors de ses études qu’il décida de rejoindre les FFI au sein du Maquis Paul Clé, Maquis de l’Aveyron implanté dans le secteur de Saint-Affrique et Camarès. Ce maquis relevait de l’Armée secrète (AS). Ses parents habitaient Trizac (Cantal).
Il est mort le 22 août 1944 dans un combat opposant le maquis à une colonne allemande au lieu-dit à La Pezade sur le plateau du Larzac, entre les communes de La Couvertoirade (Aveyron) et du Caylar (Hérault). Ces hommes formaient une section de sabotage chargée notamment de la mise hors d’usage de ponts ou l’abattage d’arbres. 23 FFI furent tués ce jour là. Les 23 hommes ont été pris dans une embuscade. Ils ont résisté une trentaine de minute, succombant tous sous le feu d’un ennemi supérieur en hommes et en armement.

Seul l’acte de décès dressé par le Maire de La Couvertoirade à la suite d’un jugement rendu le 19 octobre 1944 au tribunal civil de première instance de Millau (Aveyron) indique le 21 août comme date du décès, tous les autres documents indiquent le 22 août.

Emile Fajou était soldat de 2ème classe. Il s’est vu remettre à titre posthume la croix de guerre avec palme, avec une citation à l’ordre de l’armée le 1er octobre 1945 signée De Gaulle. Il a été reconnu “Mort pour la France”, homologué FFI le 16 décembre 1947. Sa durée de services homologués va du 1er juillet au 22 août 1944. Il a reçu à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) le 4 janvier 1952.

Certificat de présence rédigé par H. Barthès le 9 février 1950 à Saint Affrique
Je soussigné Barthès Henri Ex Lt Dumont, chef du maquis Paul Claie, certifie que
Monsieur Fajou Jacques, Emile
né le 26 janvier 1922 à Trizac (Cantal)
a appartenu au maquis Paul Claie du 1er juillet au 22 août 1944, date de sa mort au combat contre les allemands.
Il avait appartenu auparavant à l’Armée Secrète depuis 1943.

Décision n°1227 Citation à l’ordre de l’Armée à titre posthume
Fajou Jacques, 2ème Classe, des Forces Françaises de l’Intérieur de la 16ème région
Soldat brave et courageux
Toujours volontaire pour les missions périlleuses
Au cours de l’une d’elles, et après avoir accompli une mission de sabotage importante, est tombé dans une embuscade le 22-8-44 à La Pezade (Aveyron). Est mort héroïquement en vrai soldat de France.

Ces citations comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme ; elles ne seront pas publiées au Journal Officiel de la République Française.
A Paris le 1/10/45
Signé De Gaulle

Son nom figure sur une plaque commémorative à Camarès, sur le Monument de la Résistance à La Couvertoirade, sur le Monument commémoratif à Mauriac, sur une plaque commémorative au lycée Emile-Duclaux d’Aurillac et sur le Monument aux Morts de Trizac.

Voir La Couvertoirade (Aveyron), La Pezade, 22 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220351, notice FAJOU Emile, Jean [pseudonyme dans la résistance : Jacques] par Eric Panthou, version mise en ligne le 12 novembre 2019, dernière modification le 15 janvier 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 215082. Dossier Emile Fajou .— AVCC Caen, AC 21 P 181557. Dossier Emile Fajou (non consulté). — Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 5650. Dossier demande attribution carte CVR pour Émile Fajou .— Jean Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir .— Mémorialgenweb .— état-civil. Compléments par Geneviève Launay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément