FLORIN Alphonse, Jean, Jules [pseudonyme dans la résistance : Dédé]

Par Eric Panthou

Né le 8 août 1920 à Baisieux (Nord) mort en mission le 7 août 1944 à Blesles (Haute-Loire) ; réfractaire au STO ; électromécanicien ; résistant au sein du mouvement Franc-Tireur et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Paul et d’Antoinette, née Trinquart, ménagère, Alphonse Florin était électromécanicien en 1944. Il habitait chez son père, 65 boulevard Lafayette à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et était célibataire.
Il fut envoyé aux Chantiers de Jeunesse de mars à octobre 1941. Il a travaillé aux ateliers Otis-Pifre de novembre 1941 à janvier 1943. Requis pour le STO il partit en Allemagne le 6 janvier 1943 à Hambourg jusqu’au 18 juillet 1943. Il est à partir de cette date déclaré réfractaire du STO passé au maquis dans le Cantal. Sous le pseudonyme de Dédé, il rejoignit tout d’abord le mouvement Franc-Tireur, sous les ordres du docteur Paul Reiss alias Raymond et du capitaine Sylvestre. Depuis décembre 1943, il fut chargé des liaisons entre ces deux responsables.
Il a rejoint le maquis suite à l’ordre n°1 lancé par le Colonel Gaspard pour que le maximum d’hommes rejoigne le maquis du Mont-Mouchet.
Il rejoignit le groupe Allard du maquis du Bouchet, commune d’Auriac-l’Eglise (Cantal), formé par le 8e Dragon.

Il a participé aux combats des 10 et 11 juin au Mont-Mouchet puis à ceux des 21 et 22 juin à Chaudes-Aigues (Cantal) Il fut tué par les éléments d’une colonne allemande se dirigeant sur le Cantal, alors qu’il effectuait une mission de liaison, apportant des ordres en vélo. Cette colonne allemande avait été attaquée par un groupe d’une dizaine de Résistants.
Il aurait servi dans les FFI du 20 mai à son décès mais selon le colonel Garcie, il intégra le groupe Allard que le 7 août 1944. Sa date de décès est fixée au 7 août selon l’état-civil mais plusieurs attestations font état d’un décès au 8 août en particulier le courrier du colonel Merlat qui demande que le dossier soit rectifié « ll y a lieu de porter : tué au combat le 8 août, et non le 7 août ». Il a été inhumé le 9 août 1944 dans le cimetière d’Auriac-l’Eglise.

Reconnu “Mort pour la France”, il a été homologué Caporal-chef FFI le 11 mai 1948, JO du 10 juillet 1948, prise de rang le 1er juin 1944. Il a reçu à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) le 14 février 1952. Il a également reçu la médaille militaire.
Son nom figure sur les monuments aux Morts à Auriac et Saint-Flour, au monument aux Morts de Clermont-Ferrand et au monument de Bournoncle. Une stèle à son nom fut construite à Blesle.

Citation à l’ordre des FFI : « Jeune volontaire plein de courage s’est proposé le 8 août pour accomplir une liaison sous le feu avec une unité engagée, a été tué glorieusement en accomplissant sa mission. Le Commandant de la zone 6 ».

Attestation rédigée par le colonel Merlat
Paris le 21 novembre 1947
Je soussigné colonel Merlat André sous-directeur à la Direction centrale du Matériel, ex-commandant du 8ème Dragons sous le nom de commandant Allard, certifie que Monsieur Florin Alphonse a rejoint le groupement du 8ème Dragons le 7 août 1944 venant à cette date d’un autre groupement de résistance.
Au cours d’un engagement qui eut lieu le lendemain 8 août contre une colonne ennemie à Blesle (Haute-Loire). Il fut tué en accomplissant volontairement une liaison avec une unité sous le feu ainsi qu’en fait foi la citation jointe à son dossier. Signé Merlat

Courrier rédigé par le colonel Merlat
Paris le 22 novembre 1947
Le colonel Merlat André sous-directeur à la Direction centrale du Matériel, ex-commandant du 8ème Dragons sous le nom de commandant Allard à Monsieur le colonel Commandant la Subdivision Militaire de Clermont-Ferrand (bureau F.F.C.I.)

J’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint en retour le dossier concernant Monsieur Florin, tué au combat de Blesle le 7 août 1944.
Ce jeune volontaire, venant d’un autre groupe de résistance, avait rejoint le 8ème Dragons le 7 août 1944 et a été placé sous les ordres du lieutenant Mourrièras Louis.
Le lendemain 8 août, l’unité que commandait cet officier était engagée contre une colonne ennemie à Blesle (Haute-Loire).
Au cours du combat, Florin se proposa pour effectuer une liaison avec des éléments engagés et c’est en accomplissant cette mission qu’il trouva une mort glorieuse.
Ci-jointe l’attestation demandée.
Je signale que le dossier qui m’a été transmis comporte 2 erreurs qu’il y aurait lieu de rectifier ainsi qu’il suit :
1°- Page 2 (paragraphe A) : Il faudrait porter : de décembre 43 au 7 août 44 puisque c’est à cette dernière date que Florin a rejoint le groupement du 8ème Dragons.
2°- Page 2 (paragraphe B) alinéa 2 : Il y a lieu de porter : tué en combat le 8 août 1944 et non le 7 août 144.
Le Colonel Merlat, Sous-Directeur

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220403, notice FLORIN Alphonse, Jean, Jules [pseudonyme dans la résistance : Dédé] par Eric Panthou, version mise en ligne le 13 novembre 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 226496. Dossier Alphonse Florin .— AVCC Caen, AC 21 P 185197. Dossier Alphonse Florin (non consulté) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 5801. Dossier demande attribution carte CVR à Alphonse Florin .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé : Les monuments de la Résistance en Haute-Loire, Le Puy, Éditions de la Société académique, 1983, 251 p .— MémorialGenweb .— état-civil Baisieux. Compléments par Geneviève Launay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément