BRÉ Gaston, François, Auguste

Par Daniel Grason

Né le 18 janvier 1898 à Cluis arrondissement de La Châtre (Indre), mort le 1er octobre 1981 à Menton (Alpes-Maritimes) ; vendeur de journaux à la criée, inspecteur puis directeur des ventes à l’Humanité ; militant communiste ; résistant ; interné.

Gaston Bré
Gaston Bré

Fils d’Étienne, quarante-sept ans, charpentier et de Marie, Marguerite, Armance Nouhant, trente-six ans, sans profession. Il épousa le 27 avril 1926 Marie, Louise Pruvost en mairie du IVe arrondissement de Paris. Divorcé, il se remaria le 27 août 1935 avec Freida Osnas en mairie du XVIIIe arrondissement de Paris, le couple contracta un contrat de mariage enregistré chez un notaire. Le couple vivait au 25, rue des Gardes.
Gaston Bré adhéra au Parti communiste en 1924, il devint inspecteur du service des ventes à l’Humanité en 1930. Le couple Gaston et Fanny Bré vivait pendant la guerre au 4 avenue de la Porte de Ménilmontant à Paris XIe arrondissement.
Il fut arrêté le 2 mars 1943, sur la voie publique, par cinq inspecteurs de police de la BS1. Incarcéré il comparut le 19 avril 1944 devant la Section spéciale qui le condamna à cinq ans de travaux forcés.
Après la libération, Gaston Bré témoigna le 3 avril 1945 devant la commission d’épuration de la police. Il déclara : « Conduit à la Préfecture de police, j’ai été interrogé mais je n’ai pas été maltraité. Après six jours de détention dans les locaux des Brigades spéciales, j’ai été transféré au Dépôt où j’ai été gardé pendant cinq semaines à l’issue desquelles j’ai été écroué à la prison de la Santé. […] J’ai été libéré le 17 août 1944 par les organisations de résistance. »
« Au moment de mon arrestation, j’étais en possession de 32 000 francs appartenant au Parti communiste et 10 000 francs qui étaient ma propriété personnelle. »
« Au cours de l’instruction, j’ai protesté contre la disparition de ces 10 000 francs que [dans] la procédure établie par les Brigades spéciales ne faisait mention que de la somme de 32 000 francs. »
Le couple Bré vivait 23 rue Bobillot à Paris (XIIIe arr.). Gaston Bré reprit ses fonctions à la Libération à l’Humanité avec le titre de directeur. Il a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF), et Interné résistant. Il mourut le 1er octobre 1981 à Menton (Alpes-Maritimes) et fut inhumé à Nice (Alpes-Maritimes).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220480, notice BRÉ Gaston, François, Auguste par Daniel Grason, version mise en ligne le 15 novembre 2019, dernière modification le 16 novembre 2019.

Par Daniel Grason

Gaston Bré
Gaston Bré

SOURCES : Arch. PPo. KB 30, 77W 5349. – Bureau résistance GR 16 P 88563. – État civil AD de l’Indre 3 E 056/38 acte n° 2. – État civil acte de mariages Paris 18e 18M 596, n° 2032. – (Notes de Claude Pennetier).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément